Anthony Estève est paraplégique. Il ne fera pas la course en fauteuil : il va parcourir les 500 derniers mètres en marchant avec l'aide d'un exosquelette.

Anthony Estève marchera avec un exosquelette pour la fin du semi-marathon de Paris
Anthony Estève marchera avec un exosquelette pour la fin du semi-marathon de Paris © Capture d'écran : https://www.youtube.com/watch?v=k5SNF7oUx50

44 000 coureurs seront au départ du semi-marathon de Paris ce dimanche, parmi les participants, l'un d'eux se lance un défi hors-norme.

Il s'appelle Anthony Estève, il est paraplégique suite à un accident, il ne fera pas la course en fauteuil, il va parcourir les 500 derniers mètres en marchant avec l'aide d'un exosquelette.

Passer une ligne d'arrivée sur une compétition de valide, debout alors que je ne peux plus marcher... C'est trop bien, ça tue.

Voilà les mots du jeune homme de 27 ans qui résument tout... Dimanche vers midi, il s'élancera au moment de l'arrivée des derniers participants, pour avoir un peu plus de tranquillité sur la piste, pour parcourir ces 500 mètres. Il va mettre entre 15 et 20 minutes, car il avance à un peu plus de 2 k/h.

Comment fonctionne l’appareil qu'il utilise ?

Ça s'appelle un rewalk comme "remarcher", il est sanglé à l'intérieur, à son bras se trouve un boitier de commande : le rewalk le verticalise puis enclenche et maintient le mouvement de la marche en reproduisant le mouvement de la hanche et du genou. Cet exosquelette comprend une batterie et des moteurs, il pèse 25 à 30 kilos selon les réglages et la morphologie de celui qui l'utilise, mais le système est autoporteur, on ne ressent donc pas de poids, sauf dans les pentes. Les béquilles sont obligatoires. Pour l'utiliser, le défi reste physique : il faut coordonner plusieurs choses en même temps, cela demande énormément de concentration, gérer la coordination entre les mouvements de la marche et les béquilles, les transferts de poids, maintenir son équilibre, les changements de sol (sec ou mouillé), le dévers... 

Anthony Estève s'entraîne une par jour avec une kiné

Objectif sportif seulement ? 

Non la première fois qu'on lui a proposé de le tester, en 2017 c'est-à-dire 3 ans après son accident, c'était avant tout la joie de sortir de son fauteuil et de se retrouver debout. Désormais, il aime ce que cette avancée technologique lui apporte au quotidien, la posture debout permet la circulation du sang, la remise en route du transit vésical, l'étirement du dos, la stimulation des muscles... 

Mais le jeune commercial chez Harmonie Médical Service fait la part des choses : cet appareil est un complément au fauteuil, il ne s'agit pas de le mettre de 8h à 20h, il continue de faire les 3/4 de ses activités courantes assis. Ce n'est pas de la magie, mais "juste" une amélioration technique qui permet de faire de nouvelles choses.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.