Il brille en Ligue 1 et son destin raconte en partie l’histoire récente du football au Japon. A 37 ans, Eiji Kawashima retrouve une nouvelle jeunesse sous le ciel alsacien. Il est né en 1983 près de Tokyo et il a découvert le foot grâce au célèbre manga Olive et Tom, créé son année de naissance.

Eiji Kawashima en 2018 en Russie
Eiji Kawashima en 2018 en Russie © Getty / Jamie Squire - FIFA

"Olive et Tom", c'est un manga qui a connu un énorme succès international et qui mettait en scène deux jeunes footballeurs dont un gardien de but. En japonais ce n’est pas "Olive et Tom" mais "Capitaine Tsubasa". Ce  dessin animé a incité de très nombreux jeunes japonais à jouer au football et a fortement contribué à l’essor de ce sport dans l’archipel. 

Eiji Kamashiwa a bien retenu les leçons d’Olive et Tom. Il est devenu le meilleur gardien de son pays et a débuté en équipe nationale en 2008.

Et il a été l’un des premiers footballeurs japonais à s’expatrier en Europe. Ce qui a fait beaucoup pour sa popularité

En 2010 il part jouer en Belgique notamment au Standard de Liège, l’un des clubs les plus prestigieux du pays. Son parcours est suivi de près par ses fans. Des agences de voyage leur proposent un Kawashima Tour. Avec cette formule : une place pour assister à un entrainement, un billet pour un match et une rencontre avec le joueur. 

Eiji Kawashima joue ensuite en Ecosse et atterrit à Metz puis à Strasbourg où il évolue depuis deux ans et demi. Après avoir été très souvent remplaçant en début de saison, il a retrouvé une place de titulaire fin novembre. Depuis, il n’ a plus quitté les buts strasbourgeois, enchaînant les belles prestations. 

Ce qui pourrait l’aider à atteindre son objectif de fin de carrière : disputer avec l’équipe nationale du japon une 4e coupe du monde consécutive. On retrouvera donc peut être Eiji Kawashima lors du prochain Mondial fin 2022 au Qatar.

L'équipe