Quand le ballon ovale devient vecteur d’intégration. L’association "Ovale citoyen" mène une action unique en France. Elle utilise le rugby pour accompagner migrants, sans domicile fixe et jeunes exclus.

Passe de rugby
Passe de rugby © Getty / Lorado

Tous les lundis soir, ils sont une cinquantaine à se retrouver sur le terrain de rugby du stade André Moga à Bègles, près de Bordeaux.

1h30 d’entraînement où se mêlent hommes et femmes

Dix-neuf nationalités différentes : Géorgiens, Albanais, Ivoiriens, Afghans. Des demandeurs d'asile, réfugiés, mineurs isolés.

90% n’ont jamais vu un match de rugby, n’y ont jamais joué. Qu’importe, quand on a traversé la Méditerranée sur un bateau pneumatique, une mêlée ne vous fait pas peur.

Sur leur dos, à leurs pieds : des maillots, des crampons, fournis par les clubs pro qui aident l’association, notamment l’Union Bordeaux-Bègles. Ces tenues, fournies gratuitement, sont récupérées et lavées pour l’entrainement suivant. S’acheter un short n’est pas une priorité quand on est dans la rue… Le lave-linge totalement accessoire.

Et puis chaque lundi offre une douche, des produits d’hygiène et  un repas chaud après l’entrainement. Loin d’un quotidien souvent difficile. Parfois violent. Ovale citoyen veut offrir un espace de bienveillance. 

Le rugby change les idées, développe la confiance en soi, loin des tourments quotidiens. Des squats. Des petits boulots. Et des galères administratives. Il apporte aussi un cadre et une certaine rigueur. 

L'action d'Ovale Citoyen action dépasse les frontières du terrain, avec un véritable accompagnement

Pas question d’abandonner les joueurs une fois l’entrainement terminé. Soixante-dix bénévoles leur viennent en aide. L’association offre un suivi administratif, facilite l’accès aux soins. Elle fait appel aussi à une psychologue, car la précarité sociale entrainement bien souvent une extrême précarité affective.

Ovale Citoyen dispense des cours de français et favorise la formation et l’insertion professionnelle.

En à peine quatorze mois, une trentaine de joueurs a trouvé du travail. Et désormais plus seulement en région bordelaise, puisque l’association a monté des équipes de rugby à Nantes, Pau, Mantes la Jolie. Et bientôt Paris, en janvier.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.