Julien Pierre, 39 ans, champion de France avec Clermont en 2010 et vainqueur la même année du tournoi des six Nations avec le XV de France est retraité depuis deux ans. Il a décidé de consacrer son temps libre à la préservation de l'environnement et de la nature.

Julien Pierre, ancien rugbymen
Julien Pierre, ancien rugbymen © AFP / IROZ GAIZKA

Celui qui a grandi aux Sables d'Olonne, en Vendée, a toujours été très proche de la faune et de la flore : sa famille gérait le zoo de la commune, sa maison était donc collée aux enclos. Il raconte que le matin, c'est le rugissement du lion qui lui servait de réveil.

En 2009, alors qu'il est joueur en pleine force de l'âge, il décide d'accompagner son oncle en Indonésie pour aider à la sauvegarde du tigre de Sumatra. Il contracte alors le paludisme, perd 20 kilos, met sa carrière en danger, mais sa détermination n'en est que renforcée et il retrouve son plus haut niveau. 

Quatre ans plus tard, le Vendéen crée "Passerelle conservation"

Il s'agit d'une fondation qui finance les programmes de sauvegarde d'espèce, en partenariat avec le parc animalier d'Auvergne.

Un "sportif écologiste" : plus d'une fois, on a soulevé le paradoxe, alors ce rugbymen a souhaité aller plus loin.

En s'engageant non plus seulement parallèlement au sport, mais avec le sport

Deux chiffres de l'association "Football écologie France" à retenir : 

  • un match de ligue 1 génère 10 tonnes de déchets en moyenne 
  • 100 millions de mètre cubes d'eau pour l'entretien des pelouses des stades chaque année

D'où ce tout premier label vert que vient de créer Julien Pierre, à destination des clubs et des évènements sportifs, toutes disciplines confondues (rugby, foot, natation).

Et même si c'est tout nouveau, ça semble très sérieux. Si le stade Rennais, par exemple, veut décrocher ce label, il faudra remplir un formulaire de 200 questions autour des transports, de l'alimentation, de l'énergie, de la gestion des déchets ; être ensuite auditionné par le Comité français d'accréditation, puis réévalué tous les deux ans, pour décrocher l'un des 3 niveaux du label : joueur, engagé, ou confirmé..

Le dernier club de Julien Pierre, la section Paloise, a déjà candidaté pour être la toute première structure labellisée

D'autres devraient suivre et confirmer ainsi le surnom donné au joueur à l'époque par ses coéquipiers mais surtout par ses fans : "Le Chameau", tant pour son amour des animaux, que pour ces belles bosses qu'il a gardé à l'épaule... après plusieurs blessures

L'équipe