Les championnats du monde de para-cyclisme sur piste se déroulent jusqu'à dimanche au Canada. Coup de prjecteur sur l’une des représentantes de l’équipe de France : la Bretonne Katell Alençon.

Ceux qui ont déjà vu ou fait du cyclisme sur piste savent à quel point c'est technique, l'inclinaison le virage, la vitesse qu'il faut prendre pour ne pas se coucher, la force qu'il faut dans les jambes et interdit d'arrêter de pédaler sinon c'est la chute... 

Katell Alençon est amputée sous un genou et elle fait des chronos ahurissants. Pour vous donner une petite idée, on a tenté de faire la même épreuve qu'elle en tandem, une poursuite de 3 kilomètres, donc, à 4 jambes contre une : elle nous bat… elle va plus vite que nous !

Son handicap est dû au départ à une simple entorse

Une entorse qu'elle s'était faite en tombant de vélo. Une blessure a priori banale mais qui a eu des complications : nécrose osseuse et cutanée, jusqu'à donc l'amputation. Elle faisait du vélo depuis toute petite, elle a voulu reprendre pour conjurer le sort, prouver qu'elle restait une cycliste, puis elle a vu les jeux paralympiques de Londres, à la télévision, et elle s'est dit "pourquoi pas moi".

Très vite, elle prend goût à la compétition, est heureuse aussi de pouvoir partager les expériences des autres, de découvrir de nouvelles adaptations, de nouvelles prothèses de jambe qui lui permettent de mieux pédaler.

D'abord la seule femme en équipe de France, elle se fait progressivement un nom et un palmarès, sélection pour les jeux de Rio, et nombreuses victoires en coupe du monde.

Katell Alençon est soutenue par une équipe bien connue chez les cyclistes professionnels valides : COFIDIS.

L’équipe est engagée aux côtés de certains compétiteurs de haut niveau en para-cyclisme depuis plusieurs années, avec pour objectif de les mettre dans les meilleurs conditions sportives possible : un staff la suit sur ses compétitions, et elle participe aux mêmes stages que les autres coureurs de l’équipe, ceux qu’on voit sur les routes du tour de France comme Elia Viviani ou Guillaume Martin.

Evidemment son programme d’entraînement est ajusté, mais elle retire énormément de positif de ces regroupements.  

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.