Avec le retour des talibans en Afghanistan, les femmes n'ont plus accès au sport. Mais l'équipe féminine de cricket garde espoir, grâce au soutien des australiens. Une "diplomatie du cricket", façon ultimatum.

Avec le retour des talibans en Afghanistan, les femmes n'ont plus accès au sport, mais l'équipe féminine de cricket garde espoir
Avec le retour des talibans en Afghanistan, les femmes n'ont plus accès au sport, mais l'équipe féminine de cricket garde espoir © AFP / Aref Karimi

C'est le retour de la "diplomatie du cricket". Ce sport de batte, que l'on connait très peu en France, mais qui est très populaire dans les anciennes colonies britanniques, et qui a servi, qui sert toujours de lien, entre deux frères ennemis, l'Inde et le Pakistan. 

Cette "diplomatie du cricket", c'est le fait d'utiliser ce sport comme moyen de renouer le dialogue dans le sous-continent indien

Eh bien, cette fois, le ton est monté, mais un peu plus à l'ouest de l'Inde, au nord-ouest même : en Afghanistan, où le régime des talibans, comme vous le savez, a fait son retour. Et où le cricket est là aussi très populaire. 

D'ailleurs, l'équipe masculine afghane doit participer à la coupe du monde de cricket aux Emirats, le mois prochain. Mais c'est le sort de l'équipe féminine qui inquiète, après les déclarations du chef adjoint de la commission culturelle des talibans, Ahmadullah Wasiq, sur une télévision australienne :   

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

C’est l’ère des médias, il y aura des photos et des vidéos, les gens les regarderont. L’Islam et l’Emirat Islamique n’autorisent pas les femmes à jouer au cricket, ou à pratiquer ce genre de sports où elles sont exposées. Les filles n’ont pas besoin de sport. Elles pourraient être exposées et ne pas respecter le code vestimentaire, et l’Islam ne le permet pas. Même si nous sommes confrontés à des défis et des problèmes, nous nous sommes battus pour notre religion afin que l’Islam soit respecté. Nous n’ignorerons pas les valeurs islamiques, même si ça génère une opposition, nous n’abandonnerons pas nos règles.  

Une prise de parole… qui a provoqué la révolte !  

Et la réaction immédiate de la star et capitaine de l'équipe australienne de cricket, Tim Paine. Il a  directement menacé la coupe du monde, prévue le mois prochain, d'un boycott général des équipes censées y participer, si les talibans interdisent aux femmes de pratiquer ce sport. 

La fédération australienne a elle déclaré qu'elle n'aurait pas d'autre choix que d'annuler également le premier match historique contre l'Afghanistan prévu à Hobart en Tasmanie, au mois de novembre. Grosse pression. 

A tel point que l'Afghanistan a fait volte-face. Pas les talibans, mais le président du conseil afghan du cricket, qui a pris la parole à la télévision australienne, lui aussi, pour éteindre l'incendie. Les femmes pourraient encore être autorisées à jouer au cricket, selon Azizulah Fazli : 

"Très bientôt, nous vous donnerons de bonnes nouvelles sur la façon dont nous allons procéder", pour permettre aux femmes de jouer. Il a aussi assuré que les 25 joueuses qui composent l'équipe afghane de cricket sont restées au pays, et qu'elles sont en sécurité. Ce ne sont que des déclarations, mais l'intention est là. Reste à savoir si les talibans suivront.