C'est la nouvelle pépite de la natation française. A 19 ans, le toulousain s'est qualifié pour les Jeux de Tokyo cet été, puis il partira aux Etats-Unis, pour rejoindre l'entraineur du plus grand nageur de tous les temps.

Le nageur Léon Marchand le 17 juin 2021
Le nageur Léon Marchand le 17 juin 2021 © AFP / KEMPINAIRE Stéphane / KMSP

Dans les bassins de Chartres, se déroulent les championnats de France de natation, depuis le début de la semaine. Moment très important, puisque c'est là que se délivrent les derniers tickets pour les Jeux Olympiques de Tokyo, le mois prochain. 

Et derrière les têtes d'affiche, Florent Manaudou, Charlotte Bonnet ou Mélanie Hénique, il y en a un qui a fait sensation. Il n'a que 19 ans, il s'appelle Léon Marchand, et il incarne clairement la relève de la natation française. Etiqueté "Paris 2024". Mais le jeune toulousain, membre du club ancestral des Dauphins du TOEC, est en avance. 

Il s'est qualifié pour Tokyo, sur 400m 4 nages. Et il n'a pas fait semblant. Il a amélioré le record de France, qu'il détenait déjà, de cinq secondes. ça parait peu, dit comme ça, mais c'est beaucoup. Et surtout, ce nouveau chrono, c'est la 3ème meilleure performance mondiale de l'année. Ce qui place Léon Marchand en position de médaillable dès cet été, c'est assez fou. 

Son avenir est déjà tout tracé !  

Léon Marchand fait partie de cette jeune génération amenée à porter les espoirs de la natation française lors des Jeux de Paris, dans trois ans. Tout comme Yohan Ndoye Brouard, 20 ans, Mewen Tomac, 19 ans ou Cyrielle Duhamel, 21 ans. Tous qualifiés déjà pour les Jeux de Tokyo. 

Mais Léon Marchand, lui, aura un été très chargé. Parce que qu'après le Japon, au mois d'août, le toulousain est attendu aux Etats-Unis ! Direction l'Arizona, l'université de Phoenix où il est attendu pour la prochaine rentrée scolaire. Une opportunité à ne pas manquer, pour le jeune nageur du TOEC, comme il l'expliquait il y a quelques semaines, chez nos confrères de France Bleu Occitanie :  

"C'est un peu la cerise sur le gâteau. Le bonus, dans une carrière. Il y a plein de gens qui ont regretté de ne pas être partis aux Etats-Unis. Et moi j'ai cette chance. Après, je ne sais pas, on verra comment ça se passe. Si ça trouve, je vais rentrer au bout d'un an parce que ça ne m'ira pas, mais pourquoi pas m'installer là-bas, si ça me plait ! Si j'ai envie de voir autre chose. Mais oui, le but, bien sûr, c'est Paris 2024 !"

Et à Phoenix, Léon Marchand sera sous les ordres d'un grand nom de la natation mondiale : l'américain Bob Bowman, qui n'est autre que l'ancien entraîneur de la légende des bassins, Michael Phelps, 23 titres olympiques. 

Bowman, qui avait déjà pris un français sous son aile, il y a quelques années : Yannick Agnel, qui était parti tenter sa chance, à l'époque du côté de Baltimore. Et le nîmois s'en souvient, ce n'étaient pas des vacances. Léon Marchand est prévenu.