De la contre-culture à la compétition : le surf fait son entrée aux Jeux Olympiques de Tokyo cette année. L'occasion de regarder l'histoire d'une "bande de barjes".

"Biarritz Surf Gang", l'histoire d'une bande de surfeurs dans les années 1980
"Biarritz Surf Gang", l'histoire d'une bande de surfeurs dans les années 1980 © Getty / Michael Kappeler/picture alliance

Biarritz Surf Gang. Six potes passionnés sur la grande plage de Biarritz. Parmi tous les meilleurs Européens, "une bande de barjes". Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont eux. 

Au début des années 1980, quand ils montent sur tous les podiums, c'est l'époque où le surf est un petit sport

Pas de spectateurs, pas d'argent. On campe quand on va en compétition. Et les jeunes Français aux cheveux longs qui traînent sur la plage sont pas forcément bien perçus. Cette bande est totalement ingérable. Michel Laronde, cuisinier, en fait partie. Pionnier du surf de gros, il est le premier Européen à avoir surfé la désormais célébrissime vague des Jaws à Hawaï. "Et oui", dit-il : "On allait en compétition pour faire la fête. On mettait la remise des prix à l'envers. On foutait le bordel."

Michel Laronde : "Il y avait à l'époque un peu anglo saxonne américaine qui est venu sur la côte basque. Du coup, tout ce qui était super bon faisait rêver. Il y avait des Volkswagen, des shorts et des tee-shirt à la mode cheveux longs. Ils passaient l'hiver au Maroc qui ramenait des produits. Et quand on commençait à introduire un peu tout ça dans le mode de vie à Biarritz duquel on irait, et après, il y a eu une évolution au niveau des produits dans lesquels pas mal sont tombés. Mais voilà, cela a été une période un peu critique."

Le film évoque avec honnêteté ces dérives l'alcool, la drogue, les vies abîmées, les dangers des addictions

Ce documentaire a vu le jour car les deux réalisateurs Nathan Curren le fils champion du monde Tom Curren et Pierre Denoyelle, le neveu de Michel Laronde, ont un jour, découvert deux heures d'images inédites tournées en super 8 dans les années 1980. 

Elles montraient ces surfeurs de la grande plage de Biarritz partout dans le monde. Alors, ils ont décidé de révéler ces parcours méconnus au grand public et pour le plus grand plaisir des protagonistes. Je sais que ça ne se fait pas, mais Michel Laronde nous dévoile quelques scènes de la fin du documentaire : 

"On était tous plus ou moins séparés les uns des autres. Et grâce au film, on s'est rapprochés. Et on s'est remis à faire du surf ensemble. Donc à la fin du film, on se retrouve à faire une petite session avec nos 50 ans et plus... C'était chouette" 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix