dessin de William Kentridge pour l'affiche du Festival d'Avignon 2012
dessin de William Kentridge pour l'affiche du Festival d'Avignon 2012 © Radio France

La caravane est garée dans les rues d'Avignon à l'occasion de la 66 ème édition du festival qui a lieu du 7 au 28 juillet 2012

Simon Mc Burney, artiste associé au Festival et Séverine Chavrier nous parlent de leurs visions du théâtre, un lieu d'invention et d'engagement.

Simon Mc Burney

Cette année, le festival tente de réfléter le dynamisme de la scène théâtrale britannique.

Simon Mc Burney est l’artiste associé pour cette 66 ème édition.

Simon Mc Burney se définit comme un « raconteur d’histoires » qui ne connaît pas de limites. Selon lui, le théâtre doit être constamment humain, vivant, en mouvement et toujours en dérangement. Il ne doit pas être muséal ni sclérosé. Une profonde humanité se dégage de ses créations, nourries par une fluidité narrative et une brillante inventivité scénique. Il part à la recherche de la vérité, une vérité qu’il ne peut trouver dans le réel.

Avec sa Compagnie Complicite, Mc Burney tente de mettre en scène une vision réunissant la politique et l’art, révélant les multiples strates de significations qui coexistent dans nos environnements individuels et communs.

Il remet en question la réalité en général, et la sienne. La limite entre réel et fiction devient poreuse.

Le Maître et Marguerite , adaptation du roman épique et fantastique de Mikhaïl Boulgakov, est présenté dans la cour d’Honneur du Palais des Papes.

« Le monde dans lequel nous vivons, affirme t-il, est une fiction élaborée. Une construction imaginaire que nous prenons pour la réalité. Sans doute est-ce la fonction de l’art que de percer cette vérité. Cela n’a peut-être jamais été plus vrai que sous le régime de l’ancienne Union soviétique… »

En mélant les moyens artisanaux du théâtre et les technologies les plus sophistiquées, Mc Burney et sa talentueuse compagnie Complicite naviguent avec ingéniosité entre les différents univers de Boulgakov au sein d’une scénographie inventive et onirique où l’acte imaginaire prend toute son importance.

Le Maître et Marguerite , de Mikhaïl Boulgakov, mise en scène Simon Mc Burney, en anglais surtitré en français, du 7 au 16 juillet à Avignon, cour d’Honneur du palais des Papes, à 22h, relâche les 9 et 14

A voir également, De A à X de John Berger, lu par lui-même, Juliette Binoche et Simon Mc Burney, le 9 juillet dans la cour d’Honneur, 22 h

Séverine Chavrier

Séverine Chavrier, ancienne étudiante en lettres, philosophie et musique, mélange les genres. Son approche spécifique de la mise en scène fait dialoguer le théâtre avec la musique, l’image et la littérature. Elle conçoit son travail à partir de matières diverses, reunissant sur scène technologies et moyens traditionnels. Les corps de ses comédiens, les sons de son piano, les vidéos qu’elle confectionne elle-même et la parole, souvent erratique, lui permettent de pénétrer au mieux l’univers des auteurs qui l’inspire.

Influencée par l’écrivain de science-fiction J.G. Ballard, elle présente Plage Ultime, une réflexion sur le monde technologique, la violence qu’il génère, notre capacité à s’y adapter, y résister. Où demeure aujourd’hui notre responsabilité face aux images et nouvelles technologies ? Une remise en question libre et énergique.

Plage Ultime , mise en scène Séverine Chavrier

le 9, 10, 13, 15 à 18h / le 14 de 14h à 18h au gymnase du lycée mistral d’Avignon

Nicolas Lambert

Metteur en scène et comédien, Nicolas Lambert nous parle de son spectacle Avenir Radieux, une fission française qu'il présente cette année au Off d'Avignon.

Nicolas Lambert fait monter sur scène les morceaux de notre histoire publique et les a parte officieux, les débats de l’Euratom à l’Assemblée Nationale en 1956, les attentats terroristes à Paris des années 1980, le franc-parler d’un Pierre Guillaumat (agent des renseignements, administrateur du CEA, ministre gaullien), l’«indépendance énergétique», la «grandeur de la France» et le goût du pouvoir.

Avenir Radieux, une fission française, du 7 au 28/07 à 11h30 au théâtre du chêne noir, Festival OFF d'Avignon

Le reportage de Baptiste Etchegaray

à la veille du commencement de cette 66 ème édition, témoignage de Jean Vilar, créateur du festival en 1947 qui avait pour mission de préserver le "théâtre populaire" qu'il qualifiait d'utopie nécessaire.

Les liens

la 66 ème édition du Festival d'Avignon

Cie Complicite

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.