La semaine dernière, Donald Trump a lancé une nouvelle charge contre la politique de Barack Obama, sur le plan de l’environnement. Les investisseurs pourraient ne pas suivre.

Ils pourraient même aller à l’encontre des préconisations de Donald Trump. D’ailleurs Google, Apple et Microsoft ont déjà répondu qu’elles continueraient à se préoccuper des normes environnementales. Mais au delà des GAFA, il y a aussi les investisseurs de l’ombre : ces grandes familles américaines, des dynasties souvent, qui ont des millions de dollars à faire travailler.

Et qui veulent que leurs investissements leur rapportent mais tout en protégeant l’environnement.

Investissement à impact

La formule est très idéaliste, à l’Américaine, pour « faire du monde un meilleur endroit », « Make a world a better place ».

« Investissement à impact », c’est à dire ceux qui vont avoir des répercussions positives.

Un journaliste du Financial Times s’est plongé dans les placements de 246 familles, dans 45 pays à travers le monde.

Et ce qu’il a découvert c’est que plus de la moitié d’entre elles

  • 53% - investissent désormais dans les énergies vertes,
  • 48% dans l’éducation et la formation des employés,
  • 44% dans l’agriculture bio.

Ils seraient même prêts à mettre plus sur la table. S’ils étaient à 100% sûrs que leur argent est bien employé.

Parmi les familles très impliquées dans ces domaines vous avez la famille Rockeffeler par exemple, dynastie de multimilliardaires.

Et bien Justin Rockefeller, à tout juste 25 ans, vient de lancer « IMPACT »pour aider les familles richissimes à se décider. De manière plus large encore les investissements responsables ont augmenté de 33% ces trois dernières années. À la demande des clients. Investissements qui se comptent en milliers de milliards d’euros.

Plus loin dans l’engagement anti Trump

Ce qu’on a pu voir notamment lors du week-end qui a suivi son élection : ce sont des donations surnommés les donations de la rage : les "rages donations".

22 millions d’euros versés en ligne pour l’Union des Libertés Civiques, l’ACLU…

356 000 donateurs en deux jours - soit six fois plus que ce que l’organisation récolte en un an.

Si demain, les Américains utilisent ainsi leurs investissements, on pourrait assister à une résistance inédite.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.