[INFO FRANCE INTER] Terra Nova présente une vaste étude pour montrer par quels moyens la légalisation du cannabis est envisageable en France, et pourquoi elle est souhaitable.

Catherine Boullay Et si demain la France légalisait le cannabis?
Catherine Boullay Et si demain la France légalisait le cannabis? © Maxppp / Britta Pedersen/dpa/picture-alliance/

Une enquête Terra Nova dévoilée en avant première sur France Inter et Libération.

Et si demain, on pouvait se fumer un petit cône à l’aube avant d’aller travailler et sans avoir à s’en cacher?

Et si demain, la France légalisait le cannabis? C'est l'aspiration de la fondation Terra Nova qui a envisagé de manière très sérieuse comment l’Etat pouvait nous faire passer le tranquillement du monde de la prohibition à une légalisation encadrée.

Rien de plus facile, nous dit la fondation, car il y a un précédent. Une autre addiction qui est passée de l’ombre à la lumière : une autre drogue toute aussi nocive pour ses adeptes quand ils en sont accrocs qui prospère en toute légalité. Poker, paris sportifs ou hippiques, bref le jeu sous toutes ses formes.

Pour superviser les jeux en ligne, vous avez désormais l’ARJEL, l’ Autorité de Régulation des Jeux en lignes. Donc pour le cannabis il n'y aurait qu’à faire pareil, nous dit Terra Nova. Créer une ARCA : une Autorité de Régulation du Cannabis.

L’ARCA délivrerait alors un agrément aux vendeurs qui auraient pignon sur rue. Aux choix votre débitant de tabac habituel, la pharmacie ou un nouveau réseau de magasins spécialisés.

Mais ils sont encore plus malins les rédacteurs de Terra Nova, en pensant à cequi pourrait vraiment motiver les autorités publiques pour aller dans ce sens ? Les recettes fiscales bien sûr !

A raison de 700 000 Français de 15 à 75 ans qui fument du cannabis tous les jours, la ressource peut devenir attractive.

Et alors tout un chacun pourrait potentiellement devenir producteur. Mais il faut quand même industrialiser le secteur. Il y a donc plusieurs pistes à l’étude.

  • Soit réorienter la culture française du chanvre : là ce seraient les agriculteurs qui s’y colleraient.
  • Soit laisser des entreprises étrangères aider les Français à cultiver leur herbe à eux. Sur ce créneau, pour leur fournir les graines et l’accompagnement administratif législatif, les PME israéliennes sont très en pointe.

Et puis surtout vous avez des start- up américaines. L'une d'entre elles, Kind Financial, s’est associée à Microsoft cet été. Autant dire que pour le géant de la technologie, la question n’est plus de savoir si demain on légalisera, mais quand !

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.