Une entreprise américaine basée à San Marcos en Californie va faire passer un cap inédit aux poupées gonflables.

Et si demain vous vous passiez des femmes ?

Evidemment c’est une petite provocation en cette journée dédiée aux droits des femmes.

Imaginez, chez vous, une poupée aux mensurations parfaites. Une plastique irréprochable qui conserve la chaleur, tellement loin du plastique qu’on en oublierait sa fabrication artificielle, un squelette flexible, une mâchoire fixée sur des charnières amovibles, des lèvres souples et des dents en silicone.

Pour la forme Real Doll c’est d’abord ça, 18 modèles de femmes, dont vous pouvez choisir sur catalogue, le corps, le visage, la couleur de peau et le maquillage. Très très convaincant mais jusque-là rien de révolutionnaire.

C’est sur le fond que tout a changé. Dans un mois et demi, le 15 avril prochain, Amara, April, Britney, Brooklyn, Carmen, Michelle, Nathalie, Stacy et Leila seront connectées à une appli qui s’appelle « Harmony ». Vous pourrez alors les programmer: gentilles, sensuelles, timides, naïves, intelligentes ou un peu tout ça à la fois, c’est vous qui doserez leurs traits de personnalités.

Car oui, vous pourrez lui parler, et de tout, à votre Amara-April-Britney. Et, elle vous répondra, en fonction de sa programmation. Grâce à l’intelligence artificielle, elle apprendra même en fonction de vos demandes et de vos réponses. Presque un début de relation.

Et ça ne s’arrêtera pas là. Vous êtes bien placé pour le savoir, même la femme parfaite, on s’en lasse. Sauf que Matt Mac Mullen, le PDG d’Abyss Creations a pensé à tout. La tête animée, avec son cou articulé, sa bouche et ses sourcils animés, ses yeux et ses paupières qui se ferment, elle est changeable. Résultat vous payerez entre 28 000 et 56 000 euros pour le corps et 10 et 15 000 euros à chaque fois que vous changerez la tête, la bonne affaire.

Il paraît qu’il y a deux modèles de Real Doll hommes, je les ai cherché sur le catalogue Français, je ne les ai pas trouvés. D’ailleurs le site ne s’adresse qu’aux hommes. Je vous cite une des phrases:

"L’utilisateur retrouvera facilement les mêmes sensations qu’avec une vraie femme. Entre parenthèses. Parfois la sensation est même meilleure." Et toc.

Alors demain, pourquoi s’embarrasser avec des vraies femmes ? Qui vous demandent de vrais droits en plus ?

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.