Plusieurs pistes pour faciliter les rencontres entre les associations qui ont besoin de monde et les bénévoles qui veulent s'investir.

Profiter de l'attente à l'arrêt de bus pour donner un peu de son temps et / ou de son argent
Profiter de l'attente à l'arrêt de bus pour donner un peu de son temps et / ou de son argent © Getty / Westend61

C’est déjà possible dans les abribus parisiens dotés d’une tablette numérique tactile grâce à une application développée par la start-up Pickasso avec le soutien de Welp pour le compte de la ville de Paris et de JC Decaux.

Sur ces tablettes, alors que vous attendez votre bus, vous pouvez identifier les associations près de chez vous qui cherchent des bénévoles dans le cadre de leurs activités, avec tous les détails sur leurs besoins, la mission et bien sûr, les contacts utiles pour les joindre. Vous pourrez donc mettre à profit le temps d’attente sous l’abribus en ayant accès à une base de données mise à jour en temps réel pour des mises en relation réussies.

Une initiative qui pourrait inspirer d’autres villes d’autant qu’il y a largement de quoi faire avec un secteur associatif français particulièrement dynamique : 1 million 300 000 associations au compteur !

Beaucoup d’associations cherchent des bénévoles, et beaucoup de bénévoles potentiels cherchent à s’investir.

C’est tout le paradoxe et l’intérêt de ce nouveau service qui tire sa légitimité de ces chiffres : 30% des associations manqueraient de bénévoles pour réaliser leurs missions et parallèlement 35% des français déclarent ne pas s’engager faute de savoir qui aider et de quelle manière.

Il n’y a donc pas de crise du bénévolat en France il y a une crise de la mise en relation des associations avec des personnes prêtes à consacrer de leur temps.

D’ailleurs l’engagement associatif tend à progresser : d’après la dernière enquête France Bénévolat sur les 3 dernières années le bénévolat a évolué de quasiment 17% et même de 33% chez les moins de 35 ans.

La législation a elle-même été adaptée puisqu’il existe depuis le début de l’année un droit à congé pour les dirigeants ou les encadrants bénévoles : six journées de congés par an pour faciliter l’exercice de ses activités associatives pendant le temps de travail. Attention tout de même : ce congé n’est pas rémunéré.

De nombreux acteurs proposent ainsi leur services pour faciliter la rencontre. Comme France Bénévolat qui fait la promotion de l’engagement associatif bénévole autour de différents sujets comme la reconnaissance de l’expérience bénévole, l’accompagnement des jeunes retraités vers le bénévolat ou encore sa promotion auprès des jeunes. Sur leur site vous pourrez peut-être trouver la mission qui vous convient avec plus de 12 000 annonces en ligne proposées par 800 associations sur tout le territoire français.

Il y a aussi Welp : une plateforme d’entraide où chacun peut donner un peu de temps quand il veut et quand il peut avec une règle d’or : tous les coups de pouce sont gratuits, ici pas d’argent. L’intérêt de ce service est que vous pouvez soit aider et donc y chercher des annonces qui correspondent à vos compétences, soit demander de l’aide que vous soyez un particulier ou une association.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.