Au lendemain de ce premier tour des élections législatives, les calculettes chauffent au sein des partis. De leur score dépend leur financement public. 

Il existe peut-être une autre solution : celle avancée par François Bayrou : et si demain, proposait-il il y a 10 jours, il existait une banque de la démocratie ?

Une banque dédiée aux politiques

Adossée à la Caisse des Dépôts, elle permettrait de financer les partis et les campagnes. Plus besoin d’aller démarcher le crédit agricole, la BNP, LCL ou tant d’autres… Cette banque de la démocratie serait dédiée aux politiques.

Car démarcher les banques privées, l’actuel Garde des Sceaux l’a dit, il a trouvé l’épreuve humiliante… Notamment, quand à plusieurs reprises il a fallu sauver le MODEM, alors que les banques étaient bien échaudées par l’affaire Bygmalion

La proposition de cette banque de la démocratie a donc été saluée par tous les partis : même du côté du Front National on se félicite de cette proposition - oui, parce qu’ au FN aussi, on sait bien ce que c’est de se voir refouler par les banques françaises, ce qui a amené le parti on le sait à solliciter les banques étrangères.

Mais pour les législatives la situation était plus critique encore

D’où le lancement de cet « emprunt patriotique » lancé par Marine Le Pen spécialement pour le scrutin d’hier et de dimanche prochain. 1500 euros minimum si vous voulez aider , remboursement l’an prochain en 2018 ; rendement séduisant à 3%… À condition toutefois de ne pas être trop exigeant sur les garanties fournies par le parti…

« L’opération est un vrai succès » se vantait vendredi son trésorier Wallerand de Saint Just, sans pour autant dévoiler le montant de la cagnotte récoltée ni bien évidemment les noms des prêteurs.

Donc on le voit bien, il y a encore des progrès à faire en matière de ressources et de transparence…

Comment ça fonctionnerait ?

Il faut encore l’inventer ! Il n'y a pas de schéma, pas de plan, pas de projet ficelé visiblement… Mais un débat d’idée assez dense.

Si on protégeait les élus grâce à une banque de la démocratie, plaident certains, que cet argent était garanti par la Caisse des Dépôts… Pourquoi ne pas imaginer un modèle identique pour les électeurs?

Bref si demain une banque de la démocratie voyait le jour, elle pourrait peut-être insuffler un nouveau souffle aux députés mais aussi à ceux qui les élisent.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.