J'ai lu "Le négationnisme économique" par Pierre Cahuc et André Zylberberg. Je vous en recommande la lecture mais pas tout à fait de suivre la doctrine.

Et si on pensait tous la même chose en économie ?
Et si on pensait tous la même chose en économie ? © Getty / Westend61

Si on laissait enfin les affaires économiques aux hommes sérieux ? 

Comme Pierre Cahuc et André Zylberberg par exemple. Pourquoi eux ? Parce qu’à force d’expériences sérieuses, publiées dans les plus grandes revues spécialisées internationales, ils les ont trouvées, eux, les bonnes recettes en économie.

Comment ? Parce que leur méthode à eux, disent-ils est scientifique. Tellement scientifique qu’ils ont trouvé la Vérité avec un grand V. Preuves « scientifiques » à l’appui donc, nos deux économistes ont compris:

  • Qu’il faut parfois baisser fortement les rémunérations et qu’un salaire minimum n’est pas forcément une bonne idée.
  • Que réduire le temps de travail est une hérésie.
  • Qu’instaurer une taxe sur les transactions financières est un non-sens.
  • Et que la relance par la consommation est plus que discutable.

Bref une belle théorie libérale. Le problème, c’est que comme n’importe quels manipulateurs, ils font exactement ce qu’ils dénoncent. En préambule,  ils pleurent. C’est pas juste. Personne ne les invite.

Dans les médias, on préfère leurs adversaires, les économistes hétérodoxes qui passeraient tout le temps à la télé. Soit. Sauf que nos deux hommes sérieux vont trop loin. Ceux qui ne défendent pas leur vérité avec un grand V seraient des obscurantistes dégénérés, sur le même mode que les climatosceptiques comme Claude Allègre. Ou pire (d’où le titre) que les négationnistes de la Shoah.

Cahuc et Zylberberg réclament donc le monopole de l’analyse économique et lancent la chasse à toutes les opinions divergentes.

Ils dénoncent l’idéologie. Ils font de l’idéologie. Le négationnisme économique c’est eux. Et c’est plus que dangereux.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.