Parfois trouvons-nous dans notre boîte aux lettres des tracts aux allures "officielles"… Mais c’est souvent une note très salée et un service décevant qui nous attendent.

Et si demain dépannage à domicile ne rimait plus avec arnaque?
Et si demain dépannage à domicile ne rimait plus avec arnaque? © Getty / CSA Images

Et si demain dépannage à domicile ne rimait plus avec arnaque ? Ce serait une bonne nouvelle parce que certains faux professionnels sont de vrais arnaqueurs et il ne s’agit pas juste de cas isolés mais bien d’une tendance de fond.

A tel point qu’en septembre dernier une campagne de sensibilisation avait été lancée par la DGCCRF (la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) rattachée au Ministère de l’économie avec une accroche sans détour: « Faites-vous dépanner, pas arnaquer».

Et pour cause l’activité de dépannage à domicile est un des premiers motifs de plaintes. D’ailleurs lors des enquêtes c’est souvent le même constat: les infractions sont graves, avec des publicités trompeuses, des pratiques commerciales agressives et même des abus de faiblesse!

Quelques bonnes pratiques pour éviter de tomber dans le piège

Surtout qu’une fois arnaqué les voies de recours sont peu efficaces.

Il faut bien reconnaître que c’est parfois plus facile à dire qu’à faire : on est vulnérable et prêt à tout quand on se retrouve à 20h sur le seuil de sa porte claquée avec la clé à l’intérieur et son enfant dans les bras. Tout l’enjeu dans ce genre de situation d’urgence est d’essayer de garder son sang froid si on ne veut pas se faire arnaquer.

La DGCCRF a d’ailleurs communiqué quelques conseils pratiques à suivre, une histoire de bon sens la plupart du temps :

  • Ne pas se fier aux prospectus d’aspect « officiel » (on rajoutera aussi aux stickers collés partout avec écrit « serrurier » dessus et un numéro de portable)

  • Anticiper sa propre liste de numéros d’urgence

  • Préférer des professionnels recommandés par des proches ou des fédérations professionnelles

  • Avant toute intervention exiger de consulter les tarifs et d’obtenir un devis détaillé qu’il ne faut jamais signer si le prix n’y figure pas ou qu’il vous paraît exorbitant. Pour vous montrer l’ampleur du phénomène, la Direction du Ministère de l’économie écrit même :

Porte claquée à minuit? Une nuit d’hôtel peut être la solution la moins chère

Sur le terrain, des entreprises se saisissent du sujet

C'est le cas de mesdepanneurs.fr : un réseau de dépanneurs de confiance dans toute la France ou la start-up Azapa.fr qui vous fait la promesse de vous envoyer un artisan professionnel chez vous en trois SMS et au meilleur prix. Vous envoyez d’abord une photo du « problème »: le store bloqué, la serrure qui n’ouvre plus ou le tuyau qui fuit par exemple… Cela va leur permettre d’identifier avec précision le souci et les éventuelles pièces détachées nécessaires à l’intervention. A partir de là, la plateforme lance un appel aux artisans disponibles dans votre quartier et vous fait parvenir la meilleure proposition tarifaire. Si vous acceptez, l’artisan vous contacte directement.

Alors attention, le tarif envoyé est une estimation, il faudra attendre que le professionnel soit sur place pour avoir un devis final détaillé, mais chaque artisan étant au préalable référencé et contrôlé vous ne devriez pas avoir de souci.

Notez enfin qu’à partir du 1er avril les dépanneurs auront l’obligation de communiquer leurs tarifs sur Internet, mais pas sur que cela suffise à les rendre tous honnêtes pour autant donc prudence !

► ALLER PLUS LOIN | Le site azapa.fr cherche des artisans intéressés pour rejoindre la plateforme.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.