Le salon Innorobo a ouvert ses portes pour trois jours à Paris. Y sera notamment évoquée lors des tables rondes la nouveauté en matière de robotique : le robot souple…

L’image d’Epinal qu’on a du robot, c’est plutôt celle d'une boîte de conserve : mécanique en ferraille aux mouvements plutôt raides.

Mais à l’ombre des laboratoires, sa physionomie est en train de changer. Des expérimentations ont lieu partout dans le monde pour lui déraidir les articulations A Pise en Italie, des chercheurs ont mis au point un robot poulpe à tentacules : Octobot de son petit nom. Pour bouger, il suffit qu’il déploie ces tentacules. Le plus fort avec lui, c’est qu’il n’a ni besoin de pile ni de batterie ni d’un fil qui le relie au courant… Pas un morceau d’électronique. C’est en interne, dans son organisme qu’ il produit le gaz qui lui permet d’avancer.

Sur le même mode, vous avez Stiff Flop : un projet Européen qui promet de grandes avancées en matière de santé. Là l’inspiration elle vient moins du mollusque que de la trompe de l’éléphant. Stiff Flop, développé au King's College en Grande Bretagne ressemblera à un gros tuyau souple gris qui va pouvoir rentrer dans votre corps. Avec lui vous pouvez opérer quelqu’un sans aucune incision en l’introduisant par les voix naturelles. Une révolution pour la chirurgie qui pourrait arriver sur le marché d’ici 5 ans.

Mais plus de souplesse c’est bon pour l’industrie aussi

Dans ce domaine, les plus au point sont sans doute les Américains de Pneubotics. Basés à San Fransisco, ils ont un bras dynamique tout prêt d’être commercialisé et un gros contrat avec une firme aérospatiale…devrait être signé bientôt… Interdiction absolue d’en dire le nom.

Leur invention à eux - pour vraiment vulgariser - c’est comme une grosse chambre à air qui gonfle et qui se dégonfle. Mais pour les équipementiers automobiles, pour les ouvriers du bâtiment, pour tous les métiers pénibles on est avec ce robot mou à l’aube d’une nouvelle ère.

Un robot léger ça veut dire aussi un robot moins dangereux. Cela veut dire aussi qu’on est pas obligé de le mettre dans une cage pour en protéger ses utilisateurs. Et cela veut dire surtout qu’on peu amener le robot là où on a besoin de lui. Et pas le contraire.

Les chantiers de demain, pour construire nos immeubles et nos maisons en dur sera donc peuple de robots. Des robots mous, vous pouvez en être sûrs.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.