Et si demain on s’occupait nous-même de gérer notre énergie ?

Éoliennes
Éoliennes © Maxppp / Jean-Luc Flémal

Cela peut paraître complètement insensé alors qu’on a frisé les coupures d’électricité, et ça au moment où on en aurait eu le plus besoin. Mais justement, si on organisait autrement notre approvisionnement, on en serait peut-être pas arrivé là.

Voici une start-up qui propose des alternatives pour éviter les coupures lors des périodes de pic : cette jeune pousse s’appelle Ekwateur. Elle s’approvisionne en énergie écolo, chez ses fournisseurs Smartgrid Energy à Capbreton, et elle les revend à ses 4300 clients à travers la France. Mais les deux fondateurs d’Ekwateur, Julien Tchernia et Jonathan Martelli se sont fixé un autre objectif.

Que leurs clients soient plus que des clients : des consommateurs responsables. Pour ça ils ont donc mis en place Night watch (les amateurs de Game of Thrones apprécieront la référence). C’est juste un système d’alerte par SMS qui vous dit : "Attention ça va être tendu sur le réseau électrique aujourd’hui et demain. Donc évitez les machines à laver, les sèche cheveux, les fers à repasser entre 18h et 20h".

Mais leur idée c’est d’aller bien plus loin que le message d’alerte qui tourne déjà sur les ondes. Ce qu’il veulent c’est créer une communauté qui se sent impliquée. Cela commence par faire partager les infos sur l’état du réseau (pour ça ils aimeraient bien que RTE, Réseau Transport d’Electricité, la filiale d’EDF leur en donne un peu plus). Ensuite ça passe par l’auto-production : faire de leurs clients des fournisseurs d’énergie, en encourageant les particuliers à s’équiper en panneaux solaires photovoltaïques etc..

Alors évidemment, ça concerne en premier lieu les propriétaires de maison, mais Ekwateur a déjà une idée sous le coude pour les citadins et leurs appartements. Idée confidentielle pour le moment. Mais vous voyez la préoccupation ? C’est de créer un réseau qui se développerait en parallèle d’EDF. Dans leur système économique il y a d’autres idées encore, mais qui posent peut-être plus de questions en termes de droit du travail. Ils proposent aussi à leur clients de travailler pour eux.

Question d’état d’esprit : impliquer la communauté. C’est le client collaboratif qui répond aux nouveaux clients sur Facebook par exemple. Il est alors payé 3 euros la réponse. 25 euros de l’heure. Mais les deux fondateurs d’Ekwateur, ont aussi un œil rivé sur cette idée qui vient de germer aux Etats-Unis et qui peut révolutionner le système. Elle émane d’une fondation américaine. Pourquoi ne pas payer ses factures d’électricité en « Solar Coins », une monnaie virtuelle qui ne concernerait que l’énergie que vous produisez vous-mêmes. Toujours dans le même esprit: renforcer les liens de la communauté sans passer par le dollar et les euros. Car si demain, la transition énergétique était faite par chacun d’entre nous, disent-ils chez Ekwateur, elle prendrait 6 mois.

ALLER PLUS LOIN

ÉCOUTER | Un an de transition énergétique: bilan et perspectives
LIRE | Un immeuble parisien peut désormais produire une partie de son électricité grâce à l'énergie solaire

ÉCOUTER | [Comment faire des économies d'énergie](http://Comment faire des économies d'énergie ?)

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.