Et si demain on remplaçait la viande par des insectes, alors qu’il y en a 1900 comestibles sur terre et que 2 milliards de personnes dans le monde en mangent déjà.

Manger des insectes
Manger des insectes © Getty / Sean Gallup /

Il faut dire que les arguments ne manquent pas. Du point de vue nutritionnel, ces petites bêtes ont d’excellentes propriétés et leur production est moins gourmande en ressources naturelles que pour des animaux comme le bœuf, le veau ou la volaille.

A titre de comparaison, il faut 22 000 litres d’eau pour produire un kilo de protéine de bœuf contre une dizaine pour la même quantité à base d’insectes. Du côté de leurs besoins en espace aussi ils sont évidemment les grands gagnants.

Sur le plan de l’alimentation mondiale ils ont également de sérieux atouts puisque si nous atteignons les 9 milliards d’individus en 2050 de nombreux spécialistes voient dans l’entomophagie (le fait de manger des insectes) une solution viable pour faire face à l’explosion démographique.

En France on peut déjà acheter et manger des insectes. Plusieurs sociétés sont sur le créneau et vous proposent des boîtes de criquets au curry ou au paprika, des vers de farine ail et fines herbes ou au soja. Dans ces cas les insectes sont vendus entiers et assaisonnés : cela est parfaitement légal.

La start-up Jimini’s est l'une des premières sur le créneau des insectes : criquets à la grecque, vers de farine au sésame et cumin... il y en a pour tous les goûts !

Une précision peut être : les insectes font partie de la grande famille des arthropodes comme les crustacés donc attention aux allergiques.

Il faut aussi savoir que vous ne pourrez pas acheter des insectes transformés, comme cela se fait dans d’autres pays d’Europe : la France ne le tolère pas. Donc impossible pour le moment de trouver des pâtes enrichies ou des barres de céréales à la farine de criquet.

Donc remplacer la viande par des insectes est à la portée de tous… encore faut-il se sentir capable d’avaler les bestioles.

Pour le moment en Europe il y a peu de producteurs, ce qui fait monter les prix. Autant vous faire à l’idée que si vous voulez troquer la viande par des bestioles il faudra avoir les moyens - à raison de 5 à 600 euros le kilo - et puis il faudra être très motivé, parce que 150 grammes de grillons séchés, ça fait un joli tas à manger. Mais pour certains pays en voie de développement, les insectes pourraient bien être une solution au fléau de la malnutrition.

Dans certaines parties du monde, on trouve déjà des habitudes en la matière : les œufs de fourmis du Mexique, les cookies aux guêpes du Japon ou encore les chenilles Australiennes. Tout un programme !

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.