Et si demain, les politiques savaient en temps réel ce qui se passe dans la têtes de leurs électeurs ?

POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017.
POP2017, ou Plateforme des Opinions Publiques est un dispositif inédit mis en place par BVA et Salesforce dans la perspective des élections présidentielle et législatives de 2017.

Un événement surgit. Heureux ou malheureux, et à l’instant T, l’homme politique sait exactement ce que demande le peuple.

Exemple: un attentat: « on veut plus de policiers dans les rues ».

L’arrivée de la feuille d’impôts dans la boîte aux lettres: « ah tiens j’en paierais bien un peu moins »

En résumé, POP2017, c’est ça : une plateforme pour mesurer l’impact de l’actualité sur l’opinion, une sorte d’alliance très intéressante entre les pros de l’opinion et du terrain: l’institut BVA, Orange, l’Union de la presse en région et l’Américain Salesforce, spécialiste de la relation client. POP qui veut dire Plateforme des Opinions Publiques.

Ensemble ils ont développé deux outils :

  • Un Social Sudio, de grandes oreilles branchées sur le web, 24h/24, à l’écoute des tendances qui émergent et des personnalités qui suscitent le plus d’intérêt, oreilles capables d’analyser les milliards de données qui y transitent.
  • Une communauté d’internautes qui partagent sentiments désirs et réactions, comme une sorte de panel de sondés très fidèles.

Est-ce qu’on tient là l’instrument qui réglera le vote des prochaines élections? Pas sûr vous disent les sondeurs expérimentés.Tout simplement parce les signaux que les politiques essaient de débusquer, ce n’est pas forcément sur le web qu’il faut les traquer.

Un exemple : si vous alliez sur internet après le 13 novembre l’an dernier, vous y trouviez des réactions hostiles aux musulmans, des demandes sécuritaires, mais ceux qui s’exprimaient étaient loin d’être majoritaires.

Sur le terrain de la politique locale, cette fois, d’autres instruments sont à l’étude. A la pointe, il y a Capgemini, une entreprise de services informatiques. En ce moment, avec trois écoles nantaises, Capgemini travaille sur une appli qui pourrait être assez attractive.

Exemple : Quand vous passez dans votre rue, et que le lampadaire est toujours éteint, vous le signalez sur votre smartphone. « J’apprécierais qu’il y ait de la lumière entre 19h et h du matin ». Si le camion benne passe ou pas assez, ça aussi vous pouvez le faire réguler. L’objectif, vous voyez c’est que la vie réelle pratique concrète remonte à l’élu local. En échange, lui, via votre appli, pourra se faire un peu de pub au passage. En vous signalant que c’est lui qui a réalisé ce rond point ce passage piéton etc.

Gros coup de com’ ou vrai moyen d’informer, tout dépendra comment demain c’est utilisé.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.