Il faut bien le reconnaître, acheter des fleurs n’est pas un acte de consommation auquel on réfléchit beaucoup, d’autant qu’on trouve toutes les variétés, toute l'année.

Acheter des fleurs en circuit court c'est désormais possible
Acheter des fleurs en circuit court c'est désormais possible © Getty / JAG IMAGES

On s’est habitué à en trouver au supermarché, dans certaines stations services, et surtout à se les faire livrer en quelques clics et quelques heures souvent par notre fleuriste de quartier. Il faut dire que les fleurs ont la côte en France avec un marché qui pèse près de 2 milliards d’euros.

Et pourtant la filière horticole française ne va pas très bien : le nombre d’exploitations a été divisé par trois en quinze ans alors que selon un récent sondage Opinionway, 70% des français déclarent préférer acheter des fleurs produites localement.

Pourtant, on peut le rappeler, les fleurs que nous achetons ne viennent pas toujours du champ d’à côté. Et pour cause, l’équation est la suivante : toutes les variétés, tout le temps, au prix le plus bas.

Neuf fleurs sur dix vendues en France sont importées de pays plus ou moins lointains : Kenya, Pays-Bas ou Chine par exemple, avec quelques dommages collatéraux.

Du point de vue environnemental, d’abord, qu’il s’agisse des conditions de production souvent peu encadrées ou tout simplement du transport. Et puis, la question de l’utilisation de certains pesticides interdits en Europe semble aussi se poser. Du point de vue social ensuite, avec des conditions de travail très discutables dans certains pays producteurs.

Mais aussi au niveau de la qualité du produit lui-même. Il faut savoir qu’une fleur importée a généralement été coupée 10 jours avant sa vente en France, les fleurs locales sont évidemment beaucoup plus fraîches : deux ou trois jours maximum.

La solution ce serait donc de demander en priorité des fleurs locales à notre fleuriste habituel. Alors soyons honnête, le choix risque d’être limité au début, mais il y a une règle en économie : l’offre s’adapte à la demande.

Sinon vous avez plusieurs solutions selon où vous habitez. Des fleuristes ont pris le parti de ne vendre que des fleurs locales et donc de saison et des boutiques en ligne se développent sur ce créneau.

C’est notamment le cas de Fleurs d’ici. Cette start-up est toute récente, elle livre des bouquets sous forme d’abonnement sur Paris intra-muros avec des fleurs qui sont livrées seulement 24 heures après avoir été cueillies. L’entreprise a déjà un réseau de 15 producteurs en Ile-de-France et arrive même à proposer des prix compétitifs en économisant notamment sur leurs coûts de structure.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.