Hier se tenait à la Mairie de Paris un sommet mondial sur la ville et son organisation, et parmi les participants, la start up Ikimo9 innove en matière d'immobilier.

Recherche d'immobilier en ligne
Recherche d'immobilier en ligne © Getty / vgajic

Et si vous cherchez un appartement neuf à acheter, en ce moment, il vous est peut-être arrivé la mésaventure suivante : vous allez sur une plateforme, et pour avoir accès aux offres vous rentrez toutes vos coordonnées. Nom. Prénom. E-mail. téléphone portable... un préalable obligatoire pour pouvoir entrer les données précises de votre recherche.

Vos coordonnées et les détails de votre projet ont été revendues, ou sinon revendues, elles sont visiblement passées de main en main, et sans votre accord.

Une start up propose donc un autre système pour éviter ce genre d’intrusion : Ikimo9.

Ce qui est intéressant avec ce site, c’est que vous n’avez pas besoin de rentrer vos coordonnées pour accéder aux plans des appartements. Votre recherche est anonyme et gratuite. Anonyme et gratuit également, le comparateur de prix.

Si vous faites affaire, Ikimo9 se rémunère sur ce qui revient dans la poche du promoteur : 3% de la vente. Et pour le client c’est gratuit.

Et puis ensuite, que se passe-t-il dans les semaines qui suivent? Vous recevez des e-mails et des coups de fils de promoteurs ou de conseillers en défiscalisation pour vous accompagner dans votre recherche moyennant finances.

Mais pour qu’il reste quand même une trace de son passage sur la plateforme, Ikimo9 l’accroche avec un super bon cadeau : des bons d’achat à dépenser dans les commerces. Bref de quoi lui laisser un bon souvenir à l’acheteur…qui sera très content de laisser ses coordonnées.

Aujourd’hui Ikimo9 c’est donc neuf salariés, 12000 lots proposés à la vente, et dix ventes par mois, et surtout l’ambition assumée de sa patronne Elisabeth Julien, qui veut devenir dit-elle le booking.com de l’immobilier. Bref, incontournable.

Et les investisseurs croient en elle. En un an elle a réussi à lever 450 000 euros. La BPI, la banque publique d’investissement lui a prêté 125 000 euros à taux 0 et Bouygues est entré à son capital, ce qui est plutôt bon signe même si Elisabeth Julien reste majoritaire.

Maintenant, avec son comparateur de prix, elle oblige les promoteurs à jouer le jeu de la transparence, ce qui ne plaît pas à tout le monde mais crée un cercle vertueux.

Elle supprime aussi les intermédiaires, ces vendeurs de défiscalisation que vous trouviez sur votre route, ce qui lui vaut un certain nombre d’ennemis.

Alors évidemment cela reste un modèle économique libéral qui se base juste sur la transparence de l’information. Mais dans le domaine de l’immobilier, on peut considérer ça comme une forme de progrès.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.