Et si demain, c’est le rendez-vous de l’économie et de l’innovation. Focus sur le village d'Ashton Hayes, pionnier en matière de réduction des gaz à effet de serre.

A Ashton Hayes, les automobilistes sont invités à réduire leur vitesse pour diminuer la pollution
A Ashton Hayes, les automobilistes sont invités à réduire leur vitesse pour diminuer la pollution © AFP / Andrew Yates

Pour sauver la planète nous-mêmes, on n’attend pas une loi, ni une énième incitation fiscale et on réduit notre empreinte carbone. Et ce n'est pas de l’abnégation pure, puisque par la même occasion on fait baisser notre facture d’électricité. Et bien à Ashton Hayes, petit village du sud de Liverpool, les 1000 habitants ont fait exactement ça. Ils se sont pris en main. Sans attendre les politiques. Il y a 10 ans, en 2006, il ont, collectivement, décidé de changer leurs habitudes.

  • Ils ont installé le maximum de panneaux solaires, chez les uns chez les autres ainsi que sur le toit de l’école primaire.
  • Ils ont investi dans l’isolation de leurs fenêtres pour éviter les déperditions d’énergieet collectivement renoncé à leur sèche linge, pourtant si précieux en Grande Bretagne.

Enfin ceux qui en avaient les moyens ont acheté une voiture électrique… et ceux qui prenaient l’avion plusieurs fois par an, ont revu à la baisse leurs déplacements. Pour voir si leurs efforts étaient bien utiles, un prof de l’université voisine a mesuré les taux de dioxyde de carbone tous les mois. Résultat chiffré : moins 20% d’émissions de gaz à effet de serre dans la bourgade dès la première année.

Certaines maisons très motivées ont même fait des économies de 40% ! Cette année Ashton Hayes fête donc les 10 ans de cette initiative, ce qui lui a valu avant-hier, de faire la une du New York Times. Et ce qui lui a valu aussi, en 10 ans des visites du monde entier. Visite des Canadiens d’Eden Mills en Ontario qui ont copié le système. Visite des Norvégiens de Notteroy…ou même de ce professeur Thaïlandais

Et pourquoi pas un jour faire pareil chez nous?

Vous voyez, hier je vous parlais d’un consommateur qui par des moyens simples pouvait devenir producteur de fruits et légumes. Et bien aujourd’hui il s’agit d’un consommateur qui par le biais de l’énergie solaire produit sa propre électricité…à un coût défiant toute concurrence. Je vous ai parlé d’Ashton Hayes …mais ces exemples se multiplient à travers la planète. Cet été dans des petits villages reculés de Birmanie, j’ai moi-même vu des panneaux solaires sur des maisons plus que spartiates. Sans toilette sans salle de bains mais avec désormais quelques ampoules.

Alors à quoi ça nous mène ce système? Et bien progressivement à la gratuité de l’energie et à la disparition des grands monopoles de sa distribution. Ce qui est assez drôle dans cette histoire d’Ashton Hayes, c’est que quand un député est venu rendre visite au village pour leur faire un discours… les habitants lui ont pris le micro et lui ont expliqué que c’était à lui de les écouter et pas le contraire…car leur collectivité savait parfaitement ce qui était bon pour elle.

Donc si demain, le consommateur devient producteur d’énergie, les grands distributeurs auront du souci à se faire, et les élus aussi.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.