Mais qui parle à qui dans cette boîte ? Quand je donne une info à untel, dans quelles oreilles tombent-elles ? Qui est au courant en premier ? Qui est le dernier à savoir ?

Des logiciels de surveillance des emails professionnels existent déjà, les listes de courses devront circuler par d'autres moyens
Des logiciels de surveillance des emails professionnels existent déjà, les listes de courses devront circuler par d'autres moyens © Getty / Xesai

Twitter et Facebook s’intéressent beaucoup à la manière dont nous nous connectons aux autres. Sachez que ce circuit d'informations intéresse aussi beaucoup les chefs d’entreprise. Et pour ça ils disposent d’un outil précieux : les courriels, et de tout un tas de logiciels qui sont apparus pour surveiller leurs itinéraires.

Selon les informations du Wall Street Journal, de très grosses entreprises américaines les utilisent déjà: Microsoft, Exelon, le distributeur d’électricité ou encore le cabinet de consultation en stratégie Boston Consulting Group qui d’ailleurs a une filiale en France.

Officiellement, en tous cas, pas du tout. Et à première vue, on s’en fiche même. Un exemple pour bien comprendre, c’est Syndio. Ce logiciel trace d’où part le mail et là où il arrive. Si on se représente ce trajet sous forme de graphisme, cela donne une sorte de gribouillis avec des trais plus ou moins fort selon la force du lien. Plus les échanges de courriels sont nombreux plus le lien est fort. Moins ils le sont, plus il est faible. Pour le chef, cela va donc servir à décerner les employés isolés et, là encore officiellement, à les remettre dans la boucle.

Deuxième outil : Volometrix, alors ce logiciel là va se pencher plus spécifiquement sur les calendriers. Les réunions inutiles répétitives ou qui font doublon. Mais la circulation là encore est surveillée. Pas forcément pour fliquer, dit-on.

Chez Microsoft par exemple, on va s’en servir pour traquer les oiseaux de nuits par exemple. Vous savez, les adeptes du mail tard le soir ou le week-end. Ceux-là se verront rappelés à l’ordre. L’objectif c’est de ne pas épuiser les collaborateurs quand leur attention doit être portée sur leur vie.

Et si demain nos courriels aussi n’ont plus de secret pour nos patrons, ce ne sera pas forcément pour le pire.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.