Halimata Fofana, jeune femme française, raconte sa reconstruction après le drame de l'excision. Catherine Bensaïd est psychiatre. Regards croisés de deux femmes libres.

Halimata Fofana et Catherine Bensaïd
Halimata Fofana et Catherine Bensaïd © Radio France / Fanny leroy

Selon les chiffres de L’UNICEF, on recense en 2016, 200 millions de femmes excisées dans le monde dont 53 000 femmes adultes vivent en France et 500 000 dans l’Union européenne.

Catherine Bensaid est psychiatre-psychanalyste. Titulaire d’une maîtrise de psychologie, elle a fait des études de médecine pour se spécialiser ensuite en psychiatrie. Parallèlement à cette formation, elle s’est intéressée aux médecines et philosophies orientales et a exercé l’acupuncture pendant une dizaine d’années. Cette longue expérience de terrain, les rencontres avec ses patients, et sa propre expérience de la vie nourrissent ses livres. Après le très grand succès de Aime-toi, la vie t’aimera (1992), Catherine Bensaid a publié Histoires d’amours, histoire d’aimer (1996), Je t’aime, la vie (2000), La musique des anges (2003) et Qui aime quand je t’aime (2005), qu’elle a écrit en collaboration avec Jean-Yves Leloup. Son dernier livre

Plus j’avance plus mon chemin est celui de l’amour, c’est de là que notre grand élan de vie prend sa source.

Catherine Bensaïd
Catherine Bensaïd © Radio France / Fanny Leroy

Après une enfance sous le signe de la blessure, Halimata Fofana, jeune française d’origine sénégalaise, excisée dans son enfance, entame un long chemin vers la reconstruction. Passionnée de littérature, elle obtient une Licence en Art à la Sorbonne et un Master en Littérature. La veille de ses trente ans, elle s’envole pour le Canada, où elle séjourne cinq ans et travaille dans le domaine de la culture comme attaché culturel de l’ambassade du Sénégal et en qualité de chroniqueuse pour le magazine culturel Opale. Elle anime aujourd’hui des conférences autour de la résilience et tache de faire de son parcours un symbole fort pour les femmes qui ont connu un sort voisin du sien. Elle est l’auteure d’un récit paru aux Editions kerthala : "Mariama, l’écorchée vive" et travaille à l’écriture d’un prochain ouvrage.

L’excision m’a déshumanisée, la littérature m’a ré-humanisée et rendue femme.

Halimata Fofana
Halimata Fofana © Radio France / Fanny Leroy

Morceaux choisis dans l'entretien

Je cherche surtout à montrer le processus de guérison, à montrer comment on peut faire une force d'une souffrance. H. Fofana

Halimata Fofana : "La colère la rage est un moteur pour sortir du carcan familial qui oppresse les filles."

Catherine Bensaïd : "La colère peut être salvatrice un temps mais il faut savoir en sortir…"

Catherine Bensaïd : "Comment vivre le mieux possible avec nos blessures et comment aimer… On se plaint souvent de ne pas être bien aimé, mais une des questions centrales, est comment aimons-nous ?"

Halimata Fofana "Une famille qui vit l’exil défend ses pratiques traditionnelles souvent de manière plus acharnée car elle est gouvernée par la peur de se perdre... C'est ainsi que l'excision est pratiquée en France malgré l'interdit."

C.B. : En tant que médecin je m’aperçois du terrible pouvoir des parents, l’enfant qui est l’objet d’une maltraitance pense qu’il en est responsable…

H.F. : Il faut du temps pour se dissocier des violences subies.

Il y a un sentiment libérateur à parler de sa douleur. Il n’est jamais bon d’oublier, car la blessure ne s’efface pas, mais il faut dire aussi l’au-delà de la blessure, nous ne sommes pas la blessure, on est bien plus grand. Catherine Bensaïd

Au cours de l’émission vous avez pu entendre

*La voix du médecin Pierre Foldes qui pratique des réparations sexuelles sur les femmes mutilées. Extrait de Thé ou café, janvier 2013

*Mal de pierre extrait du film de Nicole Garcia, actuellement en salle

LIVRES

Evénements

  • Halimata Fofana anime une conférence sur le thème "Femmes traumatismes et force de vie" dans le cadre de la semaine de lutte contre les violences faites aux femmes le mercredi 23 novembre à partir de 9h30 au Centre Social Quinière (à Blois). En partenariat avec la Mairie, la Préfecture et de nombreuses associations.

  • Catherine Bensaïd est la marraine du _*Salon Absolument féminin, *_dédié aux femmes Les 10 et 11 Décembre à La Baule, Une nouvelle édition sous le signe des « Défis de femmes »

La programmation musicale

  • Véronique Sanson - Et je l'appelle encore (Columbia, 2016)
  • Les Amazones d'Afrique - I play the kora (3D Family, 2016)
  • John Lennon - Woman (EMI, 1980)
  • Juliette Gréco - Jolie môme (Philips, 1961)
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.