Comment cesser d'être l'artisan de son malheur et s'inventer un scénario de vie heureux ? Le romancier Douglas Kennedy partage les grandes questions qui l'habitent.

Douglas Kennedy
Douglas Kennedy © Sipa / IBO

Douglas Kennedy :

Une vie intéressante c’est déjà pas mal, une vie heureuse… c’est pour les contes de fée.

Eléments de parcours

Douglas Kennedy est né à Manhattan le 1er janvier 1955. Il grandit entre les Etats-Unis et Dublin, où il rejoint le National Theatre of Ireland en tant qu'administrateur (1978-1983), c’est durant ces années qu’il commence à écrire, la nuit. En 1980, il vend sa première pièce à la chaîne de radio britannique BBC Radio 4. En 1983, il démissionne du théâtre pour se consacrer exclusivement à l'écriture. Pour survivre, il devient journaliste free-lance. En mars 1988, il déménage à Londres, au moment où son premier livre, un récit de voyage, est publié. Deux autres suivront. Ces trois livres reçoivent un très bon accueil critique. Il demeure à Londres pendant vingt ans.

En 1994, sort son premier roman, Cul-de-sac (Gallimard – Série Noire, 1998), réédité dans une nouvelle traduction sous le titre Piège nuptial (Belfond, 2008). En 1997, il est porté à l'écran par Stephen Elliot. Son deuxième roman, L'homme qui voulait vivre sa vie (Belfond, 1998 Pocket, 1999), connaît un succès international. Traduit en seize langues, il s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires et a été adapté au cinéma en 2010 par Éric Lartigau avec Romain Duris, Marina Foïs et Catherine Deneuve. Son troisième roman, Les désarrois de Ned Allen (Belfond 1999 Pocket 2000) est aussi un bestseller. La Poursuite du bonheur (Belfond, 2001 Pocket, 2003) marque un changement radical. Après trois thrillers psychologiques, Douglas Kennedy opte pour une histoire d'amour tragique. Ont suivi Rien ne va plus (Belfond, 2002 Pocket, 2004)– Prix littéraire du Festival du cinéma américain de Deauville 2003–, Une relation dangereuse (Belfond, 2003 Pocket, 2005), Au pays de Dieu (Belfond, 2004 Pocket, 2006), l'un de ses trois récits de voyage publié à la fin des années 80, Les Charmes discrets de la vie conjugale (Belfond, 2005 Pocket, 2007), La Femme du Ve (Belfond, 2007 et Pocket, 2009) – adapté au cinéma en 2011 par Pawel Pawlikowski, avec Kristin Scott Thomas et Ethan Hawke –, Quitter le monde (Belfond, 2009 Pocket, 2010), Au-delà des pyramides (Belfond, 2010 Pocket, 2011) et Cet instant-là (Belfond, 2011 Pocket, 2012). Son troisième récit de voyage, Combien ?, est paru aux éditions Belfond en mai 2012, suivi de Cinq jours (Belfond, 2013 Pocket, 2014), de Murmurer à l'oreille des femmes (Belfond, 2014 Pocket, 2015), de Mirage (Belfond, 2015). Père de deux enfants, Max et Amelia, Douglas Kennedy vit maintenant dans le Maine et à Montréal, et séjourne régulièrement à Londres, Paris et Berlin.

Son dernier ouvrage Toutes ces grandes questions sans réponse, est un document paru chez Belfond,(Octobre 2016)

Le bonheur n'est-il qu'un instant fugace ?

Sommes-nous les victimes ou bien les artisans de notre infortune ?

Pourquoi le pardon est-il (hélas !) l'unique solution ?

Ce sont là quelques-unes des grandes questions que pose Douglas Kennedy dans un livre témoignage, à mi-chemin entre confessions et essai littéraire, un véritable manuel d'art de vivre dans lequel il se dévoile comme jamais.

Une œuvre à part où l'on apprend que la tragédie serait le prix à payer pour être de ce monde et que, dans la vie comme dans le patin à glace, l'important est d'avancer...Et qu'on a tous quelque chose en nous de Kennedy.

Douglas Kennedy et Noëlle Breham
Douglas Kennedy et Noëlle Breham © Radio France / Fanny Leroy

Douglas Kennedy :

J’ai eu un enfant autiste cela m’a appris que le vernis de la vie est fragile. J’ai appris à vivre au plus proche de moi, y compris à accepter mes contradictions.

Douglas Kennedy :

Tout le monde est névrotique, tout le monde souffre et lutte… Celui qui prétend être toujours zen et connaitre l’équilibre parfait, c’est un scientologue.

Au cours de l’émission vous avez pu écouter

  • La lecture d’une lettre de Flaubert à Louise Colet sur l’ennui, par Raphaël Enthoven/ Les chemins de la Connaissance sur France Culture

  • Un extrait du film _Mon oncle d’Amérique_ d'Alain Resnais avec Nicole Garcia

  • un extrait de la pièce Le conte d'hiver de Shakespeare

Programmation musicale

  • Jane Birkin - Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
  • Jacques Higelin - Lonesome bad boy
  • Matthew E White - Big Love
  • Cassius / Cat Power - Feel like me

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.