Conversation avec un des pionniers de la méditation de pleine conscience en France, le psychiatre Christophe André. Il évoque pour nous les bienfaits de cette pratique.

Le psychiatre et psychologue Christophe André
Le psychiatre et psychologue Christophe André © Sandrine Roudeix

Psychiatre spécialiste des troubles anxieux et dépressifs, Christophe André commence à s’intéresser à la méditation à la fin des années 1990 comme médecin et pratiquant. Formé à l’enseignement de la pleine conscience, il est l’un des premiers à la proposer à ses patients dès 2004 à l’Hôpital Sainte-Anne à Paris.

Son dernier ouvrage : Trois minutes à méditer, une co-édition l’Iconoclaste / Radio France, est un livre-CD issu de la série radiophonique proposée par Christophe André sur France Culture à l’été 2016.

► ECOUTEZ AUSSI | Christophe André fait une chronique chaque semaine sur France Inter : Choses vues

Instants choisis

Christophe André : "La méditation est la plus ancienne démarche psychologique depuis que les humains ont suffisamment progressé pour être convaincus qu’ils pouvaient apaiser leurs angoisses, avoir plus de discernement."

Christophe André : "Les plus anciennes traditions méditatives viennent du bouddhisme, et les questions du bouddhisme tournent autour de la souffrance et de la régulation de la souffrance, ce qu’on appelle les Quatre Nobles Vérités dans le bouddhisme."

Christophe André : "On devrait dire les méditations : celle dont je parle et qu’on pratique beaucoup dans tout l’occident c’est la méditation de pleine conscience. Elle est laïque, validée par la recherche scientifique et consiste à se rendre présent à l’ensemble de ce que nous vivons, par ouverture intentionnelle."

Christophe André : "Notre cerveau pense. L’idée est de prendre du recul par rapport à ce phénomène. Laisser filer et s’intéresser à tout le reste. C’est une pratique très corporelle. Aller marcher, respirer, ressentir tout ce qui se passe d’autre en vous. C’est un entraînement, c’est quelque chose qui s’apprend et qui marche remarquablement bien. Il s’agit d’apprendre à ne plus se noyer dans les pensées qui tourmentent. C’est un apprentissage."

Christophe André :

Il faut protéger les timides et les lents ! La méditation nous rappelle que nous avons besoin de temps et de lenteur : c’est vital pour notre santé.

Christophe André : "Les addictions : si on prend ces envies à leur naissance on arrive à mieux lutter contre l’impulsion vers la substance. Dans la méditation on apprend à savourer la vie telle qu’elle est".

Christophe André : "J’ai une conviction sur ce que nous avons à faire : essayer de souffrir et de faire souffrir le moins possible. Je pense qu’il y a des gens qui souffrent « mieux » que les autres. Il y a des inégalités biologiques, des tempéraments. Montesquieu explique que tous les matins il se réveille de bonne humeur ! Il y a évidemment ce qu’on a vécu, notamment dans l’enfance. Et il y a aussi un bain environnemental, social : nous baignons dans un bain de pessimisme, de morosité…"

Au cours de l’émission vous avez pu entendre

  • Un extrait du Journal de Jules Renard, lu par G. Gallienne dans l’émission Ca peut pas faire de mal, sur France Inter.

Programmation musicale

  • Sinkane : U'huh
  • Chris Garneau : Lucioles
  • Pretenders : Brass in pocket
  • Albin de la Simone : Le grand amour
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.