Ce soir, partons dans le désert sur les traces de Charles de Foucauld, disparu il y a 100 ans. Avec notre invité Sébastien de Courtois nous rencontrerons aussi Rimbaud...

Lieu de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tassili du Hoggar, Assekrem (Algérie)
Lieu de l'ermitage de Charles de Foucauld à Tassili du Hoggar, Assekrem (Algérie) © Getty / Herve GLOAGUEN

Notre invité Sébastien de Courtois est historien, écrivain et journaliste –correspondant de presse spécialiste de la Turquie, du Proche-Orient, et des minorités chrétiennes. Il partage son temps entre Paris et Istanbul. Il anime l’émission « Chrétiens d’Orient » sur France Culture (dimanche, 8h). Dans son dernier livre, Passer par le désert, sur les traces de Charles de Foucauld (éd. Bayard), Sébastien de Courtois entreprend un voyage sur les traces de Charles de Foucauld, disparu en 1916. Sous forme d’une enquête, il est parti à la rencontre de ceux qui ont croisé dans leur vie l’héritage de Frère Charles. Militaire français converti tardivement au catholicisme de son enfance, Charles de Foucauld (1858-1916) devient prêtre puis ermite au Sahara. Son rayonnement se poursuit bien après sa mort tragique. De nombreuses familles spirituelles se réclament de sa spiritualité.

Bibliographie sélective :Sur les fleuves de Babylone, nous pleurions. Le crépuscule des chrétiens d'Orient (Stock, 2015) Éloge du Voyage, Sur les traces d'Arthur Rimbaud (NIL Éditions, 2013); Un thé à Istanbul, récit d'une ville (éd. Le Passeur)

Sébastien de Courtois
Sébastien de Courtois © Aucun(e)

Morceaux choisis :

"Ce qui m’a intéressé c’est de me mettre à la place d’un homme qui semblait comme tout le monde mais qui en fait ne l’était pas : il a eu un éveil au monde qui était celui de la foi, et peut-être aussi celui du désert."

"L’Islam à l’époque est une culture d’aristocrates. Le catholicisme français, en chemin inverse, s’était complètement embourgeoisé. Je pense que Charles de Foucauld a retrouvé sa propre foi dans le regard de l’Islam. Il y a une recherche d’absolu dans la vie de cet homme."

"Le titre de mon livre « Passer par le désert » vient d’une de ses lettres, il écrivait beaucoup et merveilleusement bien : je crois que le désert tous ceux qui l’ont vu peuvent comprendre qu’on est aspiré par le Sahara. Les aventuriers sont épris de liberté."

"Ça m’a intéressé de mettre en parallèle ces deux vies : celle de Rimbaud et celle de Foucauld, qui ne vont pas dans la même direction mais peuvent se retrouver. J’ai voulu rendre hommage à ces deux chemins et les mettre ensemble."

Au cours de l'émission vous avez pu entendre :

Théodore Monod qui évoque le désert

Eric-Emmanuel Schmitt (extrait de l’émission Les Racines du ciel, de L. Anvar sur France culture)

Paolo Dall’Oglio, un jésuite italien qui vivait en Syrie, disparu en juillet 2013 (il a été enlevé par le groupe Etat Islamique)

Programmation musicale :

  • AMERICA : A horse with no name
  • Sarah MAISON : Western arabisant
  • TINARIWEN : Sastanàqqàm
  • CAMILLE : Ta douleur
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.