26 ans après la supposée fin de sa série, David Lynch offre aux fans de Twin Peaks 18 nouveaux épisodes. Les retrouvailles avec des personnages cultes sont forcément émouvantes, mais cette saison 3 n'est pas sans défauts.

Kyle MacLachlan, Laura Dern et David Lynch
Kyle MacLachlan, Laura Dern et David Lynch © Suzanne Tenner/SHOWTIME

En mai 2017, soit un quart de siècle après nous avoir "abandonnés", les personnages de Twin Peaks font leur grand retour sur nos petits écrans...

Dans la bonne ville de Twin Peaks, la vie suit son cours, avec toujours Norma dans son Double R Diner, Andy et Lucy dans leur commissariat, et Benjamin Horn dans son grand hôtel.

Mais contrairement à la série des années 90 qui était un quasi huis clos à Twin Peaks, cette fois-ci on navigue sans cesse entre Las Vegas, New York, le Dakota du Sud ou encore le Texas.

Et puis, surprise ! Il n'y a plus un, mais deux Dale Cooper. Ce qui donne l'occasion à Kyle McLachlan de réaliser à nouveau une très grande performance d'acteur...

On retrouve bien sûr ici les ingrédients qui ont fait le succès de Twin Peaks première époque : le mélange des genres, l'humour, l'impressionnant travail sur le son et la formidable audace de la mise en scène...

Cette nouvelle saison est surtout très émouvante

Rarement la sensation du temps qui passe n'aura été aussi palpable, dans une œuvre audiovisuelle. C'est un luxe inestimable que de pouvoir retrouver des personnages 25 ans après.

Les rides, les cheveux blancs, la tristesse dans les regards... Les héros ont vieilli, mais aussi leurs interprètes bien sûr.

La réalité et la fiction s'entremêle dans une douce mélancolie, et c'est tout simplement magnifique.

Malheureusement, malgré ces savoureuses retrouvailles avec des personnages qui nous avaient manqué, ce retour de Twin Peaks laisse ... un peu perplexe.

Le penchant toujours plus prononcé de Lynch pour le cinéma expérimental se ressent dans cette saison 3, et il faut parfois s’accrocher pour ne pas décrocher...

Le récit, très éclaté, prend aussi le risque de perdre même les téléspectateurs les plus motivés.

Et puis, plus grave peut-être, on a parfois une impression de déjà-vu et de manque d’originalité, ce qui est très rare chez Lynch.

Ici, certaines scènes rappellent furieusement des films des frères Coen ou de Tarantino. Lynch emprunte d'ailleurs plusieurs comédiens à l'auteur de Pulp Fiction...

Heureusement, cette saison 3 se conclut magistralement

Si elle est moins convaincante que ses deux glorieuses aînées, elle est quand même diablement intéressante.

Et c'est peut-être ça qui est passionnant avec David Lynch : même à moitié réussi, son travail reste d'un très haut niveau, que peu d'autres séries peuvent se permettre d'atteindre.

Chapeau l'artiste !

Programmation musicale
  • CHRISTOPHELes mots bleus (1974)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.