Un écrivain en panne d'inspiration collectionne les conquêtes et les ennuis en tout genre. Une série aussi drôle que trash, dans le Los Angeles des années 2000.

Le créateur de Californication Tom Kapinos, et l'interprète du personnage de Hank Moody, David Duchovny
Le créateur de Californication Tom Kapinos, et l'interprète du personnage de Hank Moody, David Duchovny © AFP / John Shearer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Sex, drugs and rock'n'roll... impossible de mieux résumer Californication !

La crise de la quarantaine d'un écrivain qui n'écrit plus, voilà de quoi parle cette comédie grinçante, qui aura durer sept saisons. 

Le héros, ou plutôt l'anti-héros s'appelle Hank Moody.  

Il est alcoolique, égocentrique, et sex addict

Hank est aussi le père anxieux de Becca, une adolescente un peu mal dans sa peau, dont la mère, Karen, est le grand amour de Hank. Il n'aura de cesse d'essayer de la reconquérir. 

Hank Moody est un New-Yorkais débarqué en Californie après avoir cédé aux sirènes d'Hollywood, et vendu les droits de son unique best-seller. 

Mais s'il y a bien un domaine dans lequel il ne perd jamais son inspiration, c'est bien celui de la drague.

Hank Moody est interprété par un "enfant de la télé", David Duchovny

Avant d'incarner ce dragueur-loser, le comédien avait fait ses premières armes dans deux séries cultes : Twin Peaks, puis X Files. 

Le créateur de Californication est lui aussi un habitué du petit écran. Tom Kapinos était l'un des producteurs de Dawson, bien moins rock'n'roll certes, mais qui reste une référence en matière de série jeunesse. 

Kapinos multiplie les références culturelles dans Californication

Le titre de la série, déjà, qui renvoie bien sûr au tube des Red Hot Chili Peppers, même si le groupe californien n'a pas vraiment apprécié l'emprunt.

Beaucoup d'autres allusions au rock tout au long des 84 épisodes, avec des clins d’œil notamment à Queen, Led Zeppelin, les Sex Pistols, les Doors, les Stones ou encore Guns N' Roses

Mais là où Tom Kapinos fait fort, c'est qu'il place aussi dans ce pur produit de pop-culture des références assez pointues à la littérature

Le personnage interprété par Duchovny, déjà, est directement inspiré du grand auteur destroy Charles Bukowski

Des hommages aussi au pape du gonzo, Hunter S Thompson, et à F. Scott Fitzgerald, l'auteur de Gatsby le Magnifique.   

Sous ses airs vulgaires et cyniques, Californication est plus subtile qu'il n'y parait

Cet interminable crescendo dans la décadence donne une vision très critique de Hollywood  

Californication, c'est New York versus Los Angeles, l'amour vs le sexe, l'art vs l'argent

Moody, écrivain alcoolique et toxicomane, bagarreur et immature, ne sort jamais grandi de ses frasques. Il est toujours perdant, toujours ridicule. 

Un coureur de jupon invétéré qui n'est pas valorisé... pas mal, après tout, pour une série grand public pré-MeToo

Hank est un gamin quadragénaire qui mort à tous les hameçons, c'est une "île de la tentation" à lui tout seul !

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.