D'un côté les "freaks", les rebelles un peu voyous qui s'assoient au fond de la classe. De l'autre les "geeks", les intellos qui aiment la science-fiction et les jeux de rôles. A l'arrivée, une série particulièrement subtile et inspirée sur les années lycée, au début des années 80 dans le Michigan.

Freaks and Geeks : Saison 1
Freaks and Geeks : Saison 1 © Getty / Saeed Adyani/NBC/NBCU Photo Bank

Une oeuvre toute en finesse sur l'"âge ingrat", souvent traité de manière caricaturale à la télévision.

Sam et sa grande sœur Lindsay fréquentent le même lycée, dans une banlieue fictive de Detroit.

Si Sam fait partie du groupe des Geeks, les intellos qui adorent les jeux de stratégie, Lindsay, brillante élève elle aussi, est attirée par les Freaks, les cancres du fond de la classe.

Sam sort à peine de l'enfance. Sa candeur lui joue régulièrement des tours, notamment avec les filles.

Lindsay, très marquée par le récent décès de sa grand-mère, est en pleine crise existentielle.

Freaks and Geeks joue avec les codes de la série jeunesse... pour mieux s'en éloigner

Tous les "passages obligés" sont là : les longs couloirs avec les casiers, le terrain de sport et ses incontournables gradins, le groupe de rock qui répète dans un garage, la cantine où les différents "groupes" ont chacun leur table, le bal de fin d'année, etc...

Mais la grande différence avec "Sauvés par le Gong" par exemple, c'est qu'on ne s'intéresse pas ici aux élèves "populaires" : les beaux gosses de l'équipe de foot ou les pom-pom girls.

Les producteurs ont intelligemment choisi de s'intéresser aux "autres", aux outsiders, aux marginaux. Ceux qui d'habitude ne tiennent que des rôles secondaires.

Un décentrage tout en subtilité

Il y a beaucoup de tendresse dans la façon dont sont filmés ces personnages.

Beaucoup d'humanité aussi dans les relations entre ces ados mal dans leur peau et les adultes, que ce soit les parents, les professeurs, ou encore ce conseiller d'orientation, Jeff, un hippie particulièrement attentionné vis à vis des lycéens.

Malgré toutes ses qualités, Freaks and Geeks n'aura duré qu'une saison.

Au printemps 2000, NBC décide d'arrêter les frais, à cause des faibles audiences.

Mais au fil des années, les 18 épisodes vont acquérir le statut d'objet culte, Freaks and Geeks est souvent très bien placée dans les classements des meilleures séries de l'histoire.

On doit ce petit bijou au pape de la comédie US

Judd Apatow, dont les productions ont renouvelé le genre tout au long des années 2000 (En cloque mode d'emploi, SuperGrave, Délire Express).

La "patte Apatow" est déjà bien là dans Freaks and Geeks. C'est d'ailleurs lors du casting de la série qu'il va repérer certaines de ses futures têtes d'affiche, Seth Rogen et Jason Segel entre autres.

Le générique évoque d'ailleurs autant une séance de photos de classe qu'une session de casting.

Freaks and Geeks fut un laboratoire dans lequel Apatow a expérimenté sa formule magique.

20 ans après sa diffusion, Freaks and Geeks n'a pas pris une ride. Forever young !

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.