Les histoires à dormir debout du plus grand baratineur de la place de Paris. Une mini-série française qui renouvelle avec brio le format court humoristique.

Jonathan Cohen alias Serge le mytho
Jonathan Cohen alias Serge le mytho © Maxppp / FLORENT MOREAU

On part du côté d'Aubervilliers, car c'est là que réside le plus grand baratineur du monde.

Son nom est Serge. Serge le Mytho.

L'auteur et interprète de Serge, c'est Jonathan Cohen, génial comédien, que l'on voit de plus en plus au cinéma, ces derniers mois. 

Un rôle de mythomane de haut vol, à la gouaille irrésistible de "titi parisien"

L'imagination du beau Serge est sans limite, et la maîtrise comique de Jonathan Cohen est impressionnante

La précision du jeu et de l’écriture lorgne du côté de l'humour américain et de l'école du stand-up. 

Serge le Mytho, c'est 30 épisodes, dont voici quelques titres qui donnent une idée du registre : 

Serge le Mytho, c'est un format court, comme Un gars une fille, ou Caméra Café

Mais la vraie référence ici, c'est Bref, la délicieuse pastille de Kyan Khojandi, dans laquelle Jonathan Cohen tenait un petit rôle. 

Khojandi d'ailleurs, est producteur de Serge le Mytho, après avoir produit une autre mini-série, Bloqués, avec les rappeurs Orelsan et Gringe, série dans laquelle Serge a raconté ses premiers mensonges.  

La fin est très belle, touchante, voire poignante. 

Il y a d'abord cet épisode, l'antépénultième, qui provoque un profond malaise

Parce que, pour la première fois, il n’y a aucune bienveillance de la part de ses interlocuteurs.  

Des soi-disant amis se moquent grossièrement de lui, en l'incitant cyniquement à raconter des gros bobards, comme dans un dîner de cons.

Et puis, il y a cette jolie conclusion, avec la fiancée de Serge - jouée par la chanteuse-actrice Izïa - qui le pousse à faire son "coming out" de mythomane.  

Bref, la vérité : Serge Le Mytho, c'est à... mentir de rire !  

Et avis aux amateurs, un film Serge le Mytho va voir le jour, il est actuellement en cours d'écriture.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.