Après s'être intéressé au monde de l'entreprise dans The Office, le génial Ricky Gervais se penche sur l'industrie du divertissement. L'humoriste anglais campe un comédien habitué à la figuration, qui tente, maladroitement, d'obtenir des rôles plus importants.

"Extras" : interview avec Ricky Gervais
"Extras" : interview avec Ricky Gervais © Getty / Jeff Overs/BBC News & Current Affairs

Le monde du spectacle vu du côté des figurants, c'est la très bonne idée développée dans Extras.

Andy et Maggie rêvent tous deux de faire carrière au cinéma, mais ces deux quadragénaires mal dans leur peau ne parviennent pas à obtenir mieux que des rôles d'"extras", "figurants" en anglais.

Andy est arrogant, menteur et arriviste.

Maggie, son amie et souffre-douleur, est, elle, très naïve et pas suffisamment armée mentalement pour affronter cet univers professionnel particulièrement concurrentiel.

Et puis, les deux complices ont pour point commun d'être gaffeurs : en voulant montrer qu'ils sont ouverts d'esprit et tolérants, leur maladresse provoque exactement l'effet inverse et révèle des penchants racistes et homophobes.

Extras est une série anglaise produite par la BBC, qui n'a pas lésiné sur le budget

Pour rendre cette immersion dans le show-biz la plus réaliste possible, une star apparaît en effet dans chacun des épisodes !

Kate Winslet, Samuel L. Jackson, Robert De Niro, George Michael... ils jouent tous une version outrancière d'eux-mêmes.

Et la plupart de ces "guest stars" ne se montrent vraiment pas tendres avec nos deux héros, à l'image de David Bowie qui improvise, dans un bar, une chanson insultante dédiée à Andy, qui assiste à cette scène, très gênante.

Le créateur de cette série, qui interprète aussi le rôle principal, c'est Ricky Gervais

Comme à son habitude, ce maître de l'humour british à qui on doit aussi The Office, se donne le mauvais rôle, c'est à dire celui d'un personnage détestable, ridicule, pathétique.

Extras n'est pas une série parfaite, elle est un peu boursouflée et s'apparente parfois à une succession de sketchs.

Mais Extras a le grand mérite de se renouveler intelligemment dans la saison 2.

La chance sourit enfin à Andy, qui décroche un premier rôle dans une sitcom dont il est également producteur.

Il devient un people, qui a ses entrées dans tous les restaurants branchés de Londres, et qui est invité dans les émissions de variété.

Andy est complètement ingérable, et plus égoïste et méprisant que jamais. Mais, surtout, il est malheureux d'accéder à la gloire avec une série qu'il déteste.

When The Whistle Blows est en effet le prototype de la comédie ringarde, lourdingue, mais qui pourtant explose l'audimat.

Affublé d'une perruque et d'une paire de lunettes ridicules, Andy est condamné à répéter chaque jour la même réplique, "are you having a laugh ?", qui fait hurler de rires des spectateurs qui semblent robotisés.

Ultime belle idée du grand Ricky Gervais : la série s'achève sur la déchéance d'Andy

Après avoir quitté la sitcom qui l'a rendu célèbre, il devient un "has been".

Andy accepte de participer à une émission de télé-réalité avec d'anciennes gloires, et il pète les plombs.

L'interprétation de Gervais atteint alors des sommets d'émotion.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.