Un prof de chimie utilise ses connaissances pour fabriquer une drogue de synthèse ultra puissante... La trajectoire dérangeante de ce loser devenu parrain est filmée avec une maestria rarement atteinte à la télévision.

L'équipe de la série "Breaking Bad"
L'équipe de la série "Breaking Bad" © Getty / Frederick M. Brown

Breaking Bad signifie "mal tourner", "partir en vrille", une expression très populaire dans le Sud des Etats-Unis, où l'action se situe.

La série débute de manière peu réjouissante...

Un professeur mal dans sa peau, chahuté par ses collègues et ses élèves, et qui travaille aussi dans une station de lavage auto pour réussir à joindre les deux bouts, apprend qu'il est atteint d'un cancer incurable.

Cet homme, c'est Walter White. Sa femme est enceinte d'un deuxième enfant. Le premier, adolescent, est handicapé.

Walt sait que sa famille aura beaucoup de mal à s'en sortir une fois qu'il sera mort, il souhaite donc utiliser les derniers mois qu'il lui reste pour faire le maximum d'argent. Argent rapide, argent facile... le prof de chimie met sa morale de côté et il entreprend de fabriquer une drogue de synthèse.

Pour l'aider dans son "entreprise", il recrute l'un de ses anciens élèves, Jesse Pinkman.

Tout au long des cinq saisons de Breaking Bad, on assiste à l'ascension de Walt

Il y a bien sûr quelque chose de fascinant à voir cet homme modeste et introverti devenir un richissime et charismatique homme d'affaires.

Mais c'est surtout très dérangeant. 

Certes, Walt le perdant devient un gagnant, énième illustration du rêve américain... mais Walt le gentil et honnête citoyen devient Heisenberg, un baron de la drogue, une drogue ultra puissante qui fait des ravages chez les jeunes.

Walt, qui dans un premier temps pense faire tout ça "pour la bonne cause", se prend progressivement au jeu.

S'il n'hésite pas à tenir tête aux cartels mexicains les plus sanguinaires, c'est finalement pour assouvir un besoin de toute-puissance.

La série se passe à Albuquerque, dans cette zone frontalière avec le Mexique, propice à de nombreux trafics.

Le créateur de cette série, le génial Vince Gilligan, utilise magnifiquement les paysages désertiques du Nouveau-Mexique.

Une ambiance de western apocalyptique, forcément pertinente pour une série sur des hors la loi qui tentent d'échapper au shérif !

Il faut dire que rarement une série télé n'a été aussi créative visuellement. Si le fond est passionnant, la forme est tout aussi remarquable, voire plus.

Chaque plan, ou presque, est une trouvaille, un bijou, avec un sens du détail époustouflant.

Après 62 épisodes, Breaking Bad a dit bye bye à ses millions de fans inconditionnels...

Frustrant, forcément, mais au moins, Gilligan a su ne pas faire la saison de trop.

Ici, la sortie est soignée et la boucle est bouclée. Et finalement, la saga ne fait que commencer !

Le toujours très inventif créateur de Breaking Bad a eu en effet la très bonne idée de faire fructifier cette si belle aventure artistique.

La série Better Call Saul, dont l’action se déroule avant celle de Breaking Bad, et qui est en cours de diffusion, n'a rien à envier à sa glorieuse ainée. 

Et un film est actuellement en tournage. Cette fois-ci, l'action se situera après la fin de Breaking Bad. Le personnage de Jesse Pinkman devrait être au cœur de l'intrigue, sur fond de kidnapping. 

On a hâte !

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.