Dernière diffusion
Diffusions précédentes
L'intelligence artificielle s'invite dans les dispositifs de surveillance. L'industrie de la protection, les villes et l'État promettent plus de sécurité grâce à la technologie : c'est la "safe-city". Dans PAR EFFRACTION, Caroline Gill...

L'intelligence artificielle s'invite dans les dispositifs de surveillance. L'industrie de la protection, les villes et l'État promettent plus de sécurité grâce à la technologie : c'est la "safe-city". Dans PAR EFFRACTION, Caroline Gillet, Claire Richard et Martin Drago tentent de passer entre les mailles du filet.

Dans cet épisode du hors-série PAR EFFRACTION, Caroline Gillet, accompagnée de la journaliste et autrice Claire Richard et du juriste de la Quadrature du Net Martin Drago, s'intéresse au déploiement, de plus en plus important, dans les villes, de la vidéosurveillance (ou vidéoprotection) et de la technologie au service de la sécurité. Après avoir tenté d'échapper aux dizaines de caméras, plus ou moins cachées, dans le centre de Paris, l'équipe tentera de s'infiltrer dans un Centre de Supervision Urbain (CSU), une infrastructure invisible de contrôle. C'est au CSU de Châtelet-les-Halles, logé dans les sous-sols de la plus grande station de métro de Paris, que Foule continentale tente ce mois-ci son effraction. *

"La 'safe-city', c'est comme la 'smart-city', mais en plus flippant !" Le déploiement de la technologie au service de la sécurité dans les villes est au cœur du concept des "safe-cities", qui s'inspire lui-même du concept des "smart cities", né dans les années 2010 et décrivant ces villes "améliorées" ou "optimisées" par des dispositifs technologiques, couplés à la puissance plus importante des ordinateurs qui permet le traitement de très nombreuses données. Dans le contexte des "smart cities", ces dispositifs numériques visent principalement à améliorer la vie urbaine et civique, optimisant par exemple la circulation, les flux de personnes, de ressources ou d'énergie, la pollution, la qualité de l'air, celle de l'eau, etc. La "safe city" pousse le curseur un cran plus loin et propose des dispositifs de sécurité importants, tels que les caméras de surveillance, les capteurs et les technologies de reconnaissance faciale, l'intelligence artificielle au service de la détection des comportements suspects. Claire Richard explique schématiquement que l'on n'est pas loin du film Minority Report. La "safe city", c’est la déclinaison sécuritaire de la "smart city". C’est l’idée que, grâce à cette fameuse intelligence qui viendrait de la collecte et du traitement de données automatisés, on va pouvoir rendre la ville plus sûre : donc limiter la délinquance et, potentiellement, anticiper les risques, c'est-à-dire créer une sorte de police prédictive.

La "ville sûre" est à nos portes Déjà très diffusés aux États-Unis et en Chine, les projets de "safe cities" font des émules dans l'Hexagone depuis peu, à l'instar de la ville de Nice, expérimentant ces dispositifs sécuritaires dans ses rues depuis 2019 dans le but de créer la ville « sûre et intelligente de demain ».

La ville de Marseille, que la journaliste Claire Richard présente comme l'un des « laboratoires de la "safe city" en France », a également fait ses preuves en matières de dispositifs de surveillance civile : l’ancienne municipalité Les Républicains y a développé toute une plate-forme de collecte et d’analyse de données en temps réel, sous le nom d’Observatoire Big Data de la Tranquillité Publique. Limitations de ces dispositifs S'ils commencent à gagner du terrain, ces dispositifs posent de nombreuses questions quant au respect de la vie privée et des libertés individuelles. Parmi elles, celle du pouvoir qu'ils confèrent aux autorités municipales ou étatiques et de la menace qu'ils font peser sur l'exercice de la démocratie. Chacun·e est par exemple en droit de se demander dans quelle mesure l'identification de tou·te·s les citoyen·ne·s par reconnaissance faciale dans l'espace public et la collecte de toutes ces données personnelles et/ou biométriques pourraient dissuader de prendre part à des manifestations ou des mouvements de contestations. Tout ça pourrait transformer en profondeur la vie publique. Est-ce que vous allez participer à une manifestati