Céline est conteuse. Elle est arrivée sur l'île de Pâques il y a 13 ans et elle n'en est jamais reparti. Depuis le confinement, l'île n'est plus ravitaillée que tous les 10 jours, par avion. Les habitants de l'île ont donc recours au troc pour s'équiper et s'approvisionner.

Céline, sur l'île de Pâques
Céline, sur l'île de Pâques © Radio France / Claire Braud

Depuis le début du confinement, des jeunes du monde entier racontent ce qu'ils observent et ressentent, dans le Journal collectif sonore et transnational par temps de corona, un dérivé de Foule Continentale en temps de pandémie.

Céline a découvert l'île de Pâques il y a 13 ans. Elle y a ouvert des chambres d'hôtes et ne l'a plus quitté.

Depuis qu'un cas de coronavirus a été détecté sur l'île, toute l'activité s'est arrêtée et l'île vit confinée. Ravitaillés seulement tous les 10 jours par avion, et seulement en nourriture, les habitants ont dû trouver des modes de consommation alternatifs : le troc est devenu monnaie courante. 

D'habitude, en mars, Céline rentre en France et ramène quelques vêtements d'hiver pour ses enfants. Dans les conditions actuelles, elle a trouvé un manteau pour sa fille Maya, à échanger contre des légumes.

>> Retrouvez les témoignages de confinés du monde entier sur la page Soundcloud du Journal collectif & sonore par temps de corona de Foule Continentale.

>> Retrouvez la playlist du Journal collectif & sonore : dansez, riez, pleurez ou chantez sur les musiques préférées que nous ont envoyées Victor à Rio, Maria en Roumanie, José Luis à Caracas, Ola au Caire et plein d'autres encore...

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.