Le crapaud sonneur est la star d'une controverse qui cristallise des tensions dans un village de l'Ardèche. En cause, le projet de construction d'une église de 3500 places, dans un parc naturel régional. Chacun·e à sa façon, batraciens, ZADistes et bonnes sœurs questionnent nos choix de société face à la crise.

Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche, est le théâtre de tensions et de crispations qui opposent une communauté catholique aux associations écologistes autour du projet de construction d'une église
Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche, est le théâtre de tensions et de crispations qui opposent une communauté catholique aux associations écologistes autour du projet de construction d'une église © Claire Braud

L’histoire racontée dans cet épisode 66 de Foule Continentale évoque un huis clos de théâtre. Toute l’action se déroule dans un village : Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche. Il voit s'opposer deux communautés en conflit. Leurs témoignages rassemblés ici ont été captés pendant trois jours, au cours de l'été, même si pour tout comprendre, il aurait fallu remonter aux années 1940.

Cette émission nous amène en immersion dans ce village où cohabitent, en équilibre parfois fragile, d'ancien·ne·s villageois·es, présent·e·s dans cette vallée depuis des générations, mais aussi une communauté religieuse, installée ici dans les années 1940. Il y a enfin celles et ceux que l’on appelle les néo-ruraux, souvent écologistes et arrivé·e·s plus récemment dans la région. Un grand projet de construction d’église doit voir le jour et ce projet a cristallisé des tensions. Les positions des un·e·s et des autres se sont radicalisées. Aujourd’hui, deux vérités s’affrontent. Deux communautés qui se sentent menacées vont devoir trouver des solutions pour cet espace de vie commun. Parmi elles, quatre jeunes trentenaires, que Caroline Gillet a rencontré·e·s et qui témoignent dans ce premier épisode.

Le projet

La Famille Missionnaire de Notre-Dame est installée à Saint-Pierre de Colombier depuis les années 1940. Aujourd’hui, ses membres et ses fidèles se sentent à l’étroit dans les murs qui les accueillent, notamment pendant les fêtes religieuses, quand plusieurs centaines de pèlerins rejoignent le village. Ainsi, la communauté religieuse a obtenu un permis de construire pour ériger sur un terrain de sept hectares une église pouvant accueillir 3500 personnes assises, soit un total de 4000 personnes, un complexe de 80 lits pour les pèlerins et un grand parking. Pour relier tout cela au cœur du village, une passerelle, par-dessus la Bourges. La première phase des travaux a commencé : la passerelle et ses piles de ciment sont soudées dans le lit de la rivière.

Suite au début des travaux, s'est créé le collectif Les Ami.es de la Bourges qui conteste la légalité du projet. En juin 2020, une ZAD (zone à défendre), s'est constituée pour occuper le chantier pendant trois jours. Aujourd’hui, les travaux sont à l’arrêt. Dans ce village, plusieurs vérités cohabitent. Chaque communauté a ses chiffres, ses arguments. En comparant les dizaines de documents sur le sujet, on peut résumer l’affaire ainsi :

Rappel des faits

Cela fait de nombreuses années que la communauté religieuse se sent à l’étroit dans ses murs quand sont organisés de grands rassemblements. Les conditions de sécurité ne sont alors plus réunies. Même si ces fêtes religieuses n’ont jamais réuni plus de 2 000 fidèles, bien loin des 3 500 places du futur lieu de culte, la communauté religieuse se projette dans l’avenir et, comme l’écrit le Père supérieur Bernard Domini, ils « espèrent que le pèlerinage prendra de l'ampleur ». Il précise dans le quotidien La Croix qu’après tout, « la communauté est bien passée en 40 ans, de 16 à 150 membres ». 

Le projet de la basilique est né en 2015 pour un budget estimé à près de 18 millions d’euros, financé uniquement par des dons privés, « par la Providence », comme ils disent. Dans la foulée, une étude environnementale est commandée à un cabinet privé par la Famille missionnaire de Notre-Dame. Le permis de construire obtenu en 2018, les travaux ont commencé l’année suivante. C’est à ce moment que l’opposition au projet prend de l’ampleur, trop tard donc pour s’opposer  au permis de construire. Le collectif des Ami.es de la Bourges est créé et conteste la légalité du projet et l’honnêteté de la démarche écologique de la communauté religieuse. Parce qu’en effet, celle-ci aurait omis de signaler aux autorités que le projet allait se faire dans un Parc naturel régional, celui des Monts d'Ardèche. On a demandé des éclaircissements à un juriste, qui nous explique : « Il y a infraction au code de l'environnement avec une présence d'espèces protégée avérée, mais aucune demande de dérogation pour détruire leur habitat ou les individus. »

À Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche, une communauté religieuse souhaite la construction d'une église de 3500 places, ce qui suscite la colère des écologistes et d'une partie des habitant·e·s
À Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche, une communauté religieuse souhaite la construction d'une église de 3500 places, ce qui suscite la colère des écologistes et d'une partie des habitant·e·s / Claire Braud

La programmation musicale du jour

Gabriels, "In Loving Memory", 2020

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.