Manon Zecca est devenue sourde à 17 ans, mais aussi militante féministe, écolo et anticapitaliste. Dans les manifs, elle traduit aujourd'hui les slogans en langue des signes française. Elle veut ainsi aider la communauté sourde à avoir un accès facilité à la vie citoyenne et militante de son pays.

Foule continentale à Lausanne : Manon Zecca, militante sourde, fière et pas prête à se taire
Foule continentale à Lausanne : Manon Zecca, militante sourde, fière et pas prête à se taire © Claire Braud

Entre deux mondes

L'identité de Manon Zecca est complexe, elle vogue entre deux mondes. Celui de ceux qui entendent ; elle est née entendante et entend de nouveau grâce à un implant cochléaire. Celui des sourds ; elle est devenue sourde à 17 ans et parle la langue des signes. 

La surdité, ça fait partie de mon identité, c’est moi, mais, si je voulais trouver des gens qui sont dans la même situation que moi, c’est… assez spécifique. Des personnes qui ont grandi entendantes, qui sont devenues sourdes, qui sont implantées, qui continuent à pratiquer la langue des signes et qui continuent de parler, il y en a, mais je n’ai pas l’impression qu’on fait communauté ensemble. Je suis un peu entre les deux mondes, le monde sourd et le monde entendant.

Pendant longtemps, elle cache sa surdité à ses amis. Elle ne veut pas qu'ils s'apitoient sur son sort ou qu'ils la prennent pour une petite chose fragile.  En parallèle, elle prend du plaisir à découvrir la langue des signes et à l'apprendre. C'est un langage qu'elle trouve très beau et qu'elle continue de pratiquer depuis qu'elle a choisi de se faire implanter. Grâce à cette opération, Manon entend de nouveau. Un son différend d'avant, métallique, robotique. L'implant cochléaire est une solution pour réentendre encore assez mal connu. Il est destiné aux personnes sourdes de naissance âgées de 5 ans maximum ou aux personnes nées entendantes et devenues sourdes, comme Manon. L'opération n'est pas sans risque. Si elle rate, tous les capteurs dans l'oreille sont perdus. 

L’implant, c’est une décision qui n’est pas facile à prendre. Quand il pose les électrodes, l’opération elle-même détruit tous les restes de l’audition. Quand ça ne marche pas, tu as un peu tout détruit pour rien. Et parfois, ça ne marche pas.

Le temps des luttes

17 ans, pour Manon, c'est aussi l'âge où elle commence à s'engager. Celui où elle participe à ses premières manifs et où elle y prend goût. Ecolo, anticapitaliste et féministe, elle finit par rejoindre un petit parti d'extrême gauche : SolidaritéS. A ses yeux, la politique doit être active. S'engager, c'est aller dans la rue, c'est brandir des banderoles et porter à bout de bras des causes auxquelles on croit. En mars dernier, son parti s'est rangé aux côtés de la coalition Ensemble à Gauche pour les élections communales de Lausanne et Manon était sur les listes. Ensemble à Gauche a remporté 13 sièges. 

Après mes études, je me suis rendu compte qu’il me manquait un truc dans ma vie. Je n’étais pas d’accord avec ce monde, pas d’accord avec plein de choses qui se passent et qui sont horribles. Toute seule, ça ne sert pas à grand-chose. C’est comme ça que j’ai rejoint SolidaritéS. 

Manon participe également à créer l'association  Féministes LSF pour laquelle elle traduit en langue des signes les chants de révolte, les pamphlets, les slogans et les discours politiques. Lorsque certains sourds choisissent de se faire implanter, ils abandonnent la langue des signes. Manon, elle, au contraire, a décidé d'en faire une arme.

Cet épisode de Foule continentale est disponible en langue des signes française

Interprète : Elodia Mottot - La retrouver sur les réseaux :

Pour aller plus loin

Les engagements de Manon :

La programmation musicale du jour

Dom La Nena, "Milonga", 2021

Foule Continentale continue sur les réseaux

Retrouver Foule Continentale sur Facebook et Instagram avec le mot-dièse #foulecontinentale et le compte de Caroline Gillet

L'équipe
Contact