Il y a des frontières partout, pour organiser le monde. Certains diraient trop, d’autres diraient trop peu. Dans cet épisode, on parle de celles qui changent en ce moment, et de ce que cela implique dans les vies de trois jeunes filles. Il y a Doire et Tara en Irlande du Nord, et Elena en Géorgie.

A Belfast et à Tbilissi : des frontières qui bougent
A Belfast et à Tbilissi : des frontières qui bougent © Claire Braud

Elles sont trois jeunes filles, dans deux pays, qui vivent à côté de ces lignes, et qui savent qu’elles vont bouger, ou qui même, les voient bouger, en ce moment. Trois jeunes femmes drôles et piquantes : Doire et Tara ont fondé "Our Future Our Choice", une association pour faire entendre la parole des jeunes nord-irlandais sur le Brexit. Elena, elle, est une jeune réalisatrice géorgienne dont le travail porte justement sur les frontières.

Elena est née en Géorgie, mais quand une guerre civile éclate avec deux régions indépendantistes du pays, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, Elena et ses parents quittent Tbilissi pour Bruxelles. Elle a 5 ans. Son père est géorgien, sa mère abkhaze et Elena s'est toujours sentie déchirée entre ses deux patries.

Elena Mikaberidze est une jeune réalisatrice géorgienne
Elena Mikaberidze est une jeune réalisatrice géorgienne © Radio France / Caroline Gillet

En 2017, elle a décidé de repartir dans son pays d'origine, car, dit-elle, en Belgique, elle ne s'est jamais vraiment sentie à sa place. Elle se sent un peu comme une apatride. Elle s'est souvenu de l’odeur des sapins à Tbilissi et elle a choisi de revenir vivre là, pour écrire des films. Elle s'est installé dans l’appartement du grand-père où il n’y a plus qu’un piano et des livres, pas même un évier. Elle a tourné un court-métrage à Ergneti, un village à quelques kilomètres de la frontière entre l'Ossétie du Sud et la Géorgie, dans lequel elle fait témoigner des habitants d’une ville à la frontière. Elle a filmé les fils barbelés posés l'air de rien au milieu des champs et des vergers.

On retrouve Elena alors que les tensions en Géorgie se sont ravivées en juin dernier après qu'un député russe, grand défenseur de l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, ait été invité à parler dans l'enceinte du Parlement géorgien et se soit assis à la place du speaker de l'assemblée. Pour beaucoup, cela illustre l'influence grandissante de la Russie dans le pays et en réaction, Tbilissi a connu de violentes manifestations. Une jeune fille de 18 ans y a perdu un œil, visée par un tir de balle en caoutchouc.  Elena, elle, ne va plus aux manifestations, elle se sent prise en traître.

En Irlande du Nord, on fait la connaissance de Doire et Tara. Elles ont 20 et 22 ans et elles ont fondé "Our Future, Our Choice Northern Ireland", une association de jeunes qui militent pour obtenir que l’accord sur le Brexit soit soumis au référendum et pour rappeler le danger potentiel d'un retour de frontière dure au regard de l'histoire nord-irlandaise. 

Doire Finn et Tara Grace Connoly ont fondé "Our Futur Our Choice Northern Ireland"
Doire Finn et Tara Grace Connoly ont fondé "Our Futur Our Choice Northern Ireland" © Radio France / Caroline Gillet

Tara Connolly est née à Belfast, ses parents étaient adolescents à l'époque des "troubles" entre catholiques et protestants. Doire Finn a grandi, elle, à  Newry, à quelques kilomètres de là. Elles sont la première génération d'irlandais du Nord a n'avoir pas connu la violence. La maison familiale de Tara était toute proche d'un "mur de la paix". Petite, elle jouait à l'ombre de ces géants de 18 mètres mais à l'époque, elle ne comprenait pas vraiment qu'ils étaient là pour séparer les catholiques des protestants. Ils obligeaient surtout la famille à faire de longs détours pour aller de Belfast Est à Belfast Ouest. Tara fait le décompte des murs dans Belfast : en 1991 il y en avait 18 et aujourd'hui, il y en a 99. Selon elle, l'accord du vendredi saint n'a pas tout réglé, au contraire, on a plus construit de murs qu'avant. 

A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent / Claire Braud
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent / Claire Braud
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent / Claire Braud
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent
A Belfast et à Tbilissi: des frontières qui bougent / Claire Braud

Pour aller plus loin 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.