Avec la crise sanitaire, l'envie de tout plaquer pour vivre de son potager a germé chez beaucoup de citadin·e·s. Cinq jeunes adultes ont sauté le pas et racontent jour après jour la mise en pratique de leur utopie : "Hytteliv" est un projet de vie qui repense leur rapport au travail, au temps, à l'amitié et au commun.

Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif
Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif © Claire Braud

Un soir d’été, alors qu'elle était en Ardèche pour tourner les épisodes 66 (« Le Crapaud et le Clocher ») et 67 (« Face au chaos, retour à Dieu ou retour à la Terre ? ») de Foule continentale, Caroline Gillet rencontre Vanessa chez des ami·e·s d’ami·e·s. Vanessa lui fait part d’un projet. Celui de monter un collectif pour vivre en autonomie, ou presque, dans l’Aveyron et retrouver le temps de vivre. Depuis cette première rencontre, durant tout le second semestre de l'année 2020, ce projet a pris forme, s'est concrétisé, a évolué, a connu des hauts et des bas. Pendant des mois, Vanessa et ses camarades ont documenté cette aventure, en enregistrant leur carnet sonore intime. Pour commencer la nouvelle année avec un projet qui peut donner de l'espoir, Foule continentale retrace, dans le premier épisode d'un feuilleton qui en comptera sans doute plusieurs, le cheminement de ces cinq jeunes adultes déterminé·e·s à vivre mieux.

Nouvelle vague

Rien ne prédestinait Vanessa à ce projet. Quelques mois avant la naissance de Hytteliv, que l'on peut traduire du norvégien par « la vie dans les cabanes »,  elle enseigne les mathématiques dans un lycée en région parisienne. Un mode de vie épuisant et solitaire dans lequel elle ne se retrouve pas.

Quand j’enseignais en région parisienne, je me suis rendue compte à quel point le fait d’être seule était absurde. À Paris, on vit tou·te·s au même endroit et personne ensemble.

En 2017, l’idée de mise en commun prend forme autour d’un voilier. Dans ce projet, il y a son cousin Yoann qui lui propose une semaine de voile avec un ami, Virgile. Vanessa, alors en « semi dépression » refuse. L'année suivante, la proposition revient. Elle se lance. Sur ce bateau, il y a Yoann, Virgile, Pierre-Yves. Ceux avec lesquels elle vivra cette aventure aveyronnaise, en compagnie de Charlotte, une proche de Virgile et Pierre-Yves. 

À son tour, Vanessa décide de faire des vagues. Lassée d’être le tampon entre les demandes de l’institution scolaire et les besoins des élèves, elle demande sa disponibilité de l'Éducation nationale et se lance dans une formation en boulangerie. Bien que son travail au fournil ne permette pas de respecter un rythme de travail naturel, la mobilité géographique y est plus facile que dans l’enseignement.

À essayer de vivre en cohérence avec ce monde,  je meurs petit à petit. Quand on est à plusieurs, j’ai l’impression qu’on arrive à se soutenir pour pouvoir perdurer.

Le temps de l’amour, le temps des copains

Les deux filles et les trois garçons, en plus de leur envie de vivre ensemble, ont en commun d'être intéressé·e·s par les projets alternatifs et le travail sur soi. Virgile et Vanessa parlent d’un travail de décalage intérieur, d’auto-observation. Virgile enseigne ainsi la philosophie et s’intéresse beaucoup à la méditation. Vanessa travaille à la communication non violente et étudie la psychologie relationnelle. Autre exemple, Pierre-Yves a des affinités particulières avec l'éducation populaire…  

Tou·te·s les cinq sont célibataires. Avec Hytteliv, peut-être rencontreront-ils l’amour. Peut-être voudront-ils fonder une famille. Pour que ce projet présent ne compromette pas ceux du futur, le quintet tente de penser une structure flexible. Coopérative d’habitants, société civile immobilière ? L’avenir le dira. Pour le moment, c’est un projet d’ami·e·s. Peut-être qu’il deviendra un habitat partagé, parti d’un noyau. Ce qui compte, c’est de rester dans la démarche ensemble. 

Ce que je vis là au sein du collectif, c’est une sorte d’évidence de soutien que jusque-là je n’expérimentais qu’en famille. Si j’ai un train de nuit qui arrive à 4 heures du matin, un copain va venir me chercher à la gare.

Le juste rythme

Après des heures sur Leboncoin, c'est finalement une bonne rencontre dans un bar qui leur permet de trouver le juste milieu, le bon endroit. Les cinq jeunes adultes avaient listé ce qui était non négociable : de l’eau, une vue, de l’espace, de l’intimité et un coût limité à 200 000 euros à cinq, soit 40 000 par personne. Sur une carte, chacun·e a placé des zones véto et des espaces préférés. Une fois le lieu trouvé, il a fallu établir un rythme.

Avec la possibilité de louer la maison pendant cinq mois avant l’achat, le temps de trouver une structure qui convienne à tou·te·s, il semble que « prendre le temps » aient été les maîtres-mots du projet.

On s’installe dans la maison avec aucune certitude de ce qui va se passer, de la forme que ça va prendre. C’est un ajustement presque quotidien en fonction de ce qui est bon pour chacun. Je crois que la vie est fluctuante et qu’à chaque moment on se cale dessus.

La programmation musicale du jour

Woodkid, "Horizons Into Battlegrounds", 2020

Pour aller plus loin

Les sources d'inspiration de Virgile et Vanessa :

Un dernier conseil de lecture : Hartmut Rosa : « Nous sommes devant une occasion rare de décélérer », entretien avec le sociologue et philosophe allemand, sur le site de Médiapart [réservé aux abonné·e·s]

Les vœux de l'équipe de Foule continentale

Foule continentale vous souhaite plein de joies collectives
Foule continentale vous souhaite plein de joies collectives / Claire Braud

Se cachent dans ce dessin : Caroline Gillet, Flora Bernard, Hugo Combe, Claire Braud, Djubaka, Mathis Grosos, Marie Ramaugé, Victoire Faure, Louise Cognard, Claire Richard, Lucas Chancel, Ludovic Lamant... et Charlie (bien qu'il n'ait jamais encore contribué à un épisode de Foule continentale).

Le verbatim par Claire Braud

Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif - Projet d'achat
Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif - Projet d'achat / Claire Braud
Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif - Je meurs petit à petit
Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif - Je meurs petit à petit / Claire Braud
Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif - Ce qui semble juste
Foule continentale - Épisode 79 - Aveyron : Manuel de survie en collectif - Ce qui semble juste / Claire Braud

Bonus : des images du « soir d'été » qui vit la rencontre entre Caroline et Vanessa

Le soir où Caroline Gillet a rencontré Vanessa
Le soir où Caroline Gillet a rencontré Vanessa © Radio France / Caroline Gillet
Le soir où Caroline Gillet a rencontré Vanessa en Ardèche
Le soir où Caroline Gillet a rencontré Vanessa en Ardèche © Radio France / Caroline Gillet
En Ardèche, Caroline Gillet a rencontré Vanessa Vallet
En Ardèche, Caroline Gillet a rencontré Vanessa Vallet © Radio France / Caroline Gillet
L'équipe
Contact