Le Brésil est en deuil : l'auteur et parolier Aldir Blanc, figure de la résistance contre la dictature militaire a succombé au coronavirus. Il comptait beaucoup pour les brésiliens et Victor nous confie sa tristesse, en écoutant l'une de ses chansons, interprétée par Elis Regina.

A Rio : Victor
A Rio : Victor © Radio France / Claire Braud

Depuis le début du confinement, des jeunes du monde entier racontent ce qu'ils observent et ressentent, dans le Journal collectif sonore et transnational par temps de corona, un dérivé de Foule Continentale en temps de pandémie.

Le 4 mai dernier, Aldir Blanc, auteur et parolier de renom au Brésil s'est éteint des suites du coronavirus. Dans les années 70, sous la dictature militaire de Branco, il avait écrit des textes et des chansons aux sous textes subversifs. Avec João Bosco, musicien lui aussi très admiré, ils ont composé quelques uns des plus célèbres airs brésiliens. En écoutant l'un d'eux :  O Bêbado e a Equilibrista, interprété par Elis Regina, Victor est très ému.

Cette triste nouvelle résonne d'autant plus, selon Victor, avec le contexte actuel au Brésil, dirigé par un président militaire de profession, autoritaire et contesté par la population.

>> Retrouvez Victor et ses concerts confinés sur son compte Instagram.

>> Retrouvez les témoignages de confinés du monde entier sur la page Soundcloud du journal intime collectif de Foule Continentale.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.