En Algérie, le mouvement contestataire Hirak a décidé de faire une trêve pendant le confinement, mais cela n'empêche pas le gouvernement de juger ses membres, sans la présence de leurs avocats. Amine s'interroge sur l'efficacité du couvre feu instauré à Sidi Bel Abbès.

En Algérie, Amine est confiné en famille
En Algérie, Amine est confiné en famille © Radio France / Claire Braud

Depuis le début du confinement, des jeunes du monde entier racontent ce qu'ils observent et ressentent, dans le Journal collectif et sonore au temps du corona, un dérivé de Foule Continentale en temps de pandémie.

Amine est confiné à Sidi Bel Abbès, au sud d'Oran, en Algérie. Amine raconte les premiers jours du confinement dans son pays. Pendant que les algériens sont confinés chez eux, le gouvernement continue à juger les membres du mouvement contestataire Hirak qui manifestait contre le gouvernement en place. 

La ville de Sidi Bel Abbès a instauré un couvre feu pour réduire les regroupements, mais Amine constate que cela n'a pas forcément l'effet escompté. Dans son quartier, les jeunes continuent de jouer au foot à 5 contre 5.

>> Retrouvez les témoignages de confinés du monde entier sur la page Soundcloud du journal intime collectif de Foule Continentale.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.