Après un échec à l'Autorité bancaire européenne, Caroline Gillet rejoint ce mois-ci Claire Richard dans le très chic neuvième arrondissement de Paris. C'est là, derrière une grille colorée (et fermée), que se cache le lieu de pouvoir pris pour cible dans ce deuxième épisode de PAR EFFRACTION : le siège de Google.

PAR EFFRACTION - Le hors-série mensuel de Foule Continentale
PAR EFFRACTION - Le hors-série mensuel de Foule Continentale © Claire Braud

Chaque semaine, Foule continentale met en lumière, sur le terrain, celles et ceux qui réfléchissent, planifient et organisent les révolutions qui façonneront le fameux « Monde d’après », dans leur pays, dans leurs villes, dans leurs rues, dans leur vie et dans leur corps. Mais une fois par mois, le hors-série PAR EFFRACTION change de focale et passe de cette échelle locale à l’échelle supranationale, pour s'intéresser aux antichambres où se prennent les décisions qui impactent le quotidien des habitant·e·s du Vieux Continent. Reportage in situ et accompagné, chaque numéro propose une tentative d’intrusion dans un lieu de pouvoir, pour y raconter ce qu’il s’y trame.

En septembre, Caroline Gillet et Ludovic Lamant s'étaient cassé les dents au siège de l'Autorité bancaire européenne, dans le quartier d'affaires de La Défense, à côté de Paris. Ce mois-ci, la complice de Foule continentale s'appelle Claire Richard. Elle est journaliste indépendante et autrice, spécialiste des enjeux et des cultures numériques, et elle a donné rendez-vous à Caroline Gillet dans le neuvième arrondissement de Paris, près de la station de métro Trinité - d'Estienne d'Orves, sur la ligne 12. Leur ambitieuse mission : entrer, sans y avoir été invitées, au siège de Google France, situé non de là.

Claire Richard et Caroline Gillet devant le siège de Google, à Paris
Claire Richard et Caroline Gillet devant le siège de Google, à Paris / Hugo Combe

Patrimoine et technologie de pointe

Le choix de cette entreprise n'est pas anodin. Voulant, au fil de la saison, plonger dans les entrailles des géants du web, autrement appelés GAFA (pour Google, Apple, Facebook et Amazon), il paraissait logique de commencer par la première des lettres de l'acronyme, le G. Ensuite, Google était dans le viseur de Claire parce que les méthodes de l'entreprises ont récemment été mises en lumière dans un documentaire disponible sur Netflix et intitulé The Social Dilemma (Derrière nos écrans de fumée pour la version française). Enfin, le choix d'une tentative d'effraction au numéro 8 de la rue de Londres, à Paris neuvième, était pertinent car le siège de Google, par le choix du quartier et l'architecture du bâtiment, en dit long sur l'image que veut afficher la multinationale à l'origine du moteur de recherche le plus populaire au monde : celle d'une firme qui valorise la culture et le patrimoine, tout en proposant continuellement des services à la pointe de l'innovation.

Au cours de ce numéro hors-série, il sera donc question de moteurs de recherche et de ce qui fait que certains sont meilleurs que d'autres, de cantines d'entreprises et de ce qui fait que certaines sont meilleures que d'autres, d'optimisation fiscale et du dessin animé Robin des bois, du nudge, de monopole, de régulation, de données personnelles, de responsabilisation et de culpabilisation, de grilles colorées et de portes fermées et, surtout, peut-être, de pluie. Car, finalement, même si l'on n'entre pas (en pleine crise sanitaire et sans invitation) dans un bâtiment dont les employé·e·s sont absent·e·s pour cause de télétravail, on peut tenter de comprendre ce qu'il s'y passe et comment composer avec cette réalité.

Générique

  • Dans le rôle du complice de l'effraction : Hugo Combe
  • Épisode mixé par Sélim Gheribi

La programmation musicale du jour

Gorillaz (ft. Robert Smith), "Strange Timez", 2020

PAR EFFRACTION - Au siègle de Google France
PAR EFFRACTION - Au siègle de Google France / Claire Braud
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.