Quand la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan éclate en septembre dernier, Valentin, 28 ans, devient, du jour au lendemain, fixeur pour RFI. Pour la première fois de sa vie, il se retrouve sur le front avec la poussière, les bombes, la peur et toute une équipe de journalistes qui compte sur lui pour les aider.

Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées © Claire Braud

Pour Valentin, Français et ancien étudiant à la Sorbonne, l’Arménie est une très ancienne histoire de famille.  Celle de son arrière-grand-père, Arménien de Turquie, né à Constantinople et envoyé avec ses deux frères et sœurs en France, dans les années 1915, au début du génocide arménien. Très intégrés, ils ont chacun fait leur vie et, au fil des années et des naissances, l’attachement à cette culture s’est peu à peu perdu. C’est pour honorer les derniers souhaits de son grand-père gravement malade que Valentin, il y a quelques années, décide d'aller voir l'Arménie.

Il sentait que c'était la fin et il m'a dit qu'il regrettait une chose : c'était que personne ne s'intéresse à notre arménité dans la famille, qu'il était un peu triste qu'on n'ait pas quelqu'un qui y soit retourné au moins une fois.

Le bar des rencontres

Quand Valentin, fraîchement embauché à l'ambassade d'Arménie, arrive à Erevan, il est déçu. Il imaginait une ville orientale et festive, il découvre une ville froide et post-soviétique. Quatre mois plus tard, pourtant, à force de rencontres et de sorties, il tombe sous le charme de la capitale. Avec une amie, ils finissent par ouvrir un bar dans un ancien salon de coiffure aux vieux murs roses. L'affaire marche, les tables se remplissent et les verres aussi ; c'est le temps des rencontres. Il ne le sait pas encore mais, dans trois ans, en septembre 2020, quand la guerre avec l'Azerbaïdjan éclate, ces rencontres vont lui servir.

Sur le front

Le 27 septembre, à Erevan, on ne croit pas à la guerre ; depuis dix ans, il arrive fréquemment que l'Arménie et l'Azerbaïdjan s'échauffent sans que ça n'ait de véritables conséquences. Valentin, au bout de trois jours, prend conscience que oui, cette fois, c'est vraiment la guerre. Dans un bar, il entend que des jeunes de dix-huit ans boivent une dernière bière avant de partir sur le front. Le lendemain, à minuit, il reçoit le message d'une amie journaliste : RFI recherche un fixeur. Valentin n'a jamais entendu ce mot mais il veut se rendre utile sans s'engager militairement. Alors il accepte. 

Ils se sont rendu compte que les autres étaient très équipés, qu’il y avait des drones, des armements plus modernes… Et moi, je me demandais ce que je pouvais faire sans parler très bien l’arménien.

Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Décombres
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Décombres / Valentin

Pendant plusieurs semaines, il va servir de guide aux journalistes venus suivre le conflit. Tranchées, gilets pare-balles, bunker, explosions... Sa vie bascule et il découvre un univers qui lui rappelle la Première Guerre mondiale. Dans cet épisode, il raconte cette nuit où, avec une équipe de journalistes, ils ont dû fuir d'une église bombardée,  sur des routes de montagne, dans une voiture, phares éteints, avec le brouillard...

Le soir on se retrouvait dans le noir, on buvait de la vodka et du cognac pour oublier la journée. Dans les bunkers, avec deux bougies, il y avait 40 personnes entassées, on se faisait passer les bouteilles… C’était vraiment... Je sais pas... La Première Guerre mondiale.

Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Valentin en gilet pare-balles
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Valentin en gilet pare-balles / Valentin

En voir plus

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Valentin et son équipe
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Valentin et son équipe / Valentin
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Cimetière
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Cimetière / Valentin

Pour aller plus loin

Le contexte du conflit :

Les articles et vidéos sur lesquels Valentin a travaillé :

RFI 

France 24

Le verbatim par Claire Braud

Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Vraiment en guerre
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Vraiment en guerre / Claire Braud
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées -  Soutenus par les Turcs
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Soutenus par les Turcs / Claire Braud
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Tranchée
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Tranchée / Claire Braud
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Bombardements
Haut-Karabakh (2/2) : Devenir Arménien dans les tranchées - Bombardements / Claire Braud

La programmation musicale du jour

Woodkid, "Highway 27", 2020

Foule Continentale continue sur les réseaux

Retrouver Foule Continentale sur Facebook et Instagram avec #foulecontinentale et le compte de Caroline Gillet

L'équipe
Contact