Robert Arnaut, reporter, homme de radio, producteur à France Inter, écrivain et conteur, un "griot blanc", un des grands "raconteurs" de la radio française avait une devise : "La radio peut aussi être un art, et le son peut être supérieur à l’image".

Al Capone et son avocat et son avocat William F. Waugh (1929)
Al Capone et son avocat et son avocat William F. Waugh (1929) © Getty

Chroniques Sauvages nous emmène aux États-Unis sur la piste du gangster le plus célèbre de l'histoire, Al Capone avec la complicité de l'auteur italien, Enrico Giuffredi.

1893. Un bateau entre dans le port de New York. Une de ces bateaux qui, depuis des dizaines d'années, transportent des immigrés. Ils sont allemands, scandinaves, slaves, irlandais. Sur le pont, agitant son chapeau, heureux d'avoir enfin atteint la terre promise, il y a Gabriel Caponi et sa femme Teresa.

Entre 1860 et 1920, fuyant la misère du Mezzogiorno (le sud de  l'Italie), quelque 4,5 millions d’Italiens émigrent aux États-Unis où  l'immigration est libre et même encouragée. 

Napolitains, les parents d'Al Capone débarquent en 1893, appelé par l'American Dream, le rêve américain, et une furieuse envie de travailler dans ce nouveau pays où tout est à construire.

Alphonse Capone naît dans le quartier pauvre de Brooklyn le 17 janvier 1899 et grandit, avec pour mentor, l'un des patrons de la pègre, Johnny Torrio.

Enrico Giuffredi :

Il y avait une élite anglo-saxonne et protestante qui ne voyait pas d'un bon œil les européens méditerranéens qui, en général étaient catholiques. 

Trafic d'alcool, jeux d'argent, proxénétisme. Entre la prohibition des années 1920 et la mafia du Chicago des années 1925-1930, le crime s'organise comme une véritable institution, et Al Capone, jamais pris en flagrant délit, devient une figure emblématique, redoutée et attirante aussi, du gangstérisme.

Distilleries, brasseries, salles de jeux clandestines, maisons closes, l'industrie du crime est florissante et les luttes entre gangs de nationalités diverses sont monnaie courante, avec règlements de compte sanglants.

Al Capone :

On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul.

Persuadé qu'on ne pourrait jamais coincer le criminel Capone, tant il était organisé et défendu, les autorités tentent d'atteindre le citoyen Capone. Ce que la police n'a pas pu faire, l'administration des contributions directes va le tenter, et le réussir.

Al Capone est condamné à onze années de détention. Il est libéré sous conditions en 1939, puis meurt le 21 janvier 1947, dans sa propriété de Palm Island à Miami Beach.

Robert Arnaut

C'est en 1952 que cet ex-étudiant en droit et art dramatique au conservatoire de Toulouse entre à Radio France ou il va rester plus de 50 ans, jusqu'en 2008. Sur France Inter, il débute dans l'émission l'Oreille en Coin pour laquelle il produit des reportages pendant 15 ans. Il anime ensuite ses propres émissions hebdomadaires : Balcon sur le Rêve, Cabaret de l'Absurde, Paroles d'Hommes et ses fameuses Chroniques sauvages de 1985 à 1996.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.