Après avoir longtemps été reporter pour L’Oreille en Coin, Robert Arnaut a eu ses propres émissions : Balcon sur le Rêve, Le Cabaret de l'Absurde, Paroles d'Hommes, puis Chroniques Sauvages et enfin, Histoires possibles et impossibles, jusqu'en 2006.

Brebis en transhumance
Brebis en transhumance © AFP

Dans cette Chronique Sauvage savoureusement tintinnabulante, Robert Arnaut nous emmène dans les Cévennes, suivre les troupeaux de moutons sur leur chemin de transhumance, avec toute la famille de l'éleveur qui veille sur les animaux, à chaque heure du jour et de la nuit. 

La tradition de la transhumance est saisie au cœur même du troupeau, avec le concert des sonnailles au cou des ovins, et la langue pleine de soleil de ceux qui perpétuent l'aventure.

Depuis quatre mille ans, la tradition de la transhumance est essentielle à la vie du troupeau, pour l’engraisser, pour faciliter la reproduction, mais aussi pour aider à la régénération de l’herbe, à la conservation de la biodiversité, à la lutte contre l’embroussaillement, à la prévention des incendies de forêt ou des avalanches.

Les familles Moulière et Couderc, celles que nous entendons dans cette Chronique Sauvage, perpétuent la tradition en décorant le troupeau avec des pompons et des cloches parfois très anciennes, transmises de  génération en génération.

Venez si vous voulez ! 

nous avait dit l'un des derniers transhumants des Cévennes,

Vous êtes les bienvenus sur la draille si vous n'avez pas peur de marcher.

Environ cent kilomètres à pied à travers les magnifiques paysages de l'Hérault, du Gard, de la Lozère. Voilà comment les deux reporters de l'émission se sont retrouvés un 6 juin, à l'aube, aux Causses de la Celles, dans le Parc national des Cévennes

Aller loin

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.