Camus ne se dérobait devant aucun combat, protestant successivement contre les inégalités qui frappent les musulmans d'Afrique du Nord, puis contre la caricature du pied-noir exploiteur, ou prenant la défense des Espagnols exilés antifascistes, des victimes du stalinisme et des objecteurs de conscience.

Albert Camus
Albert Camus © Getty

L'Algérie est intrinsèquement liée à Camus, elle fait partie de lui tout au long de sa vie et de son œuvre.

J'ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j'y ai puisé tout ce que je suis et je n'ai séparé dans mon amitié aucun des hommes qui y vivent…

Dans son émission Chroniques sauvages du 20 janvier 1996 Robert Arnaut revient sur cette période algérienne de Camus et ses liens profonds avec ce territoire, lectures, reportages et témoignages tournés à Alger, auprès de ceux qui ont connu Camus et qui commentent sa vie, son action journalistique, littéraire et politique.

"Pour parler d'Albert Camus, il faut d'abord parler de l'Algérie, non pas pour l'expliquer par son pays, mais parce que des traits de son caractère ne peuvent se comprendre que par là" dit son ami Jean Grenier, qui fut aussi son professeur de philosophie. 

Il faut alors oublier la ville. Et très loin, regarder la mer plate, sereine, où les remorqueurs tracent de grandes lignes droites qui s'épanouissent en frisson écumeux. Il faut la regarder fuir largement vers les premières étoiles qui se dénudent pures, impudiques. Alors le calme des eaux rejoint celui des cieux, tandis qu'en deçà du regard, la Ville en vain s'évertue à trouver cette fugitive harmonie. 

L'Enfance. Son enfance, ses origines modestes marquent toute l'œuvre de Camus. Grâce aux archives de l'INA, nous faisons avec Jules Roi, son ami, ce pèlerinage de l'enfance à Alger. 

Albert Camus ( en noir au centre) au milieu des ouvriers de la tonnellerie ou travaillait son oncle Etienne (1920)
Albert Camus ( en noir au centre) au milieu des ouvriers de la tonnellerie ou travaillait son oncle Etienne (1920) © Getty

Dans La marche de l'histoire du 11 mars 2013 Jean Lebrun recevait l’historien Benjamin Stora, grand spécialiste de l’Algérie.

Par le prisme historique, il parcourt la période algérienne de Camus et son positionnement dans le conflit avec la France dans les années 50.

Le 22 janvier 1956, à Alger, Camus rédige et lance l'appel pour une trêve civile, une tentative de réconciliation entre les communautés européennes et musulmanes autour de l'initiative pacifiste des libéraux d'Algérie

Nous demandons qu’en dehors de toute position politique et sans que cela entraîne aucune interprétation de la situation actuelle, dans un sens comme dans l’autre, un engagement soit pris pour assurer la protection de civils innocents

On termine cette émission consacrée à Camus et l’Algérie, par une lecture.

Le 17 janvier 2015, dans son émission Ça ne peut pas faire de mal, Guillaume Gallienne lit un extrait du Premier homme dans lequel Albert Camus décrit avec poésie et amour Alger.

Que vaut l'homme ? Qu'est-ce que l'homme ? Toute ma vie, il me restera, après ce que j'ai vu, une méfiance et une inquiétude fondamentale à son égard.

Aller loin

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.