Comment mieux comprendre ce qui se passe dans les organismes privés de pesanteur comme ceux des astronautes qui tournent autour de la terre dans l’ISS?

Comment l'organisme réagit à l'apesanteur ?
Comment l'organisme réagit à l'apesanteur ? © Getty / peepo

C’est une question aussi vieille que les premiers vols habités : comment l’organisme réagit-il à l’absence de gravité ? Depuis Youri gagarine, on a certes appris pas mal de choses mais il reste encore beaucoup à découvrir pour mettre au point les parades et contrecarrer les effets déjà constatés. Comme la perte de muscle, la fragilisation des os et les problèmes de vue . Sur ce dernier point, un astronautes sur deux est touché.

Coupable : l'absence de gravité

L'absence de gravité augmente le flux sanguin à l’intérieur du crâne et créé une pression qui affecte les yeux. Le globe oculaire est légèrement aplati sur l’arrière et les yeux accommodent plus correctement. Une fois revenu sur terre, les cosmonautes ne récupèrent pas forcément a constaté il y a 10 ans la NASA. Parmi les causes de ces problèmes physiologiques, l' absence d exercice physique. C'est la raison pour laquelle on oblige les équipages à faire deux heures quotidiennes de sport dans la station spatiale internationale. On s' est aussi rendu compte qu'ils maigrissaient parfois . Peut-être parce qu’ils ne finissent pas complètement leur repas ou qu'ils se créent eux mêmes des carences.

L'absence de plaisir nuit à l'appétit

A force d'avaler du hachis parmentier lyophilisé ou d'aspirer à la paille une tranche de rôti en sauce gélifié, à force de ne pas manger de fruits et légumes frais, les astronautes finissent par manquer d'appétit. C'est précisément pour surveiller les calories ingérées que les scientifiques français ont mis au point un logiciel qui vient d'être adopté par l'équipage actuel de l'ISS. Logiciel simplifié sur tablette qui remplace les vieux questionnaires sur papier. On est prié de noter si on a laissé de côté quelque chose et pas finit son assiette, enfin sa gourde...

Drôles d'études sur terre

Depuis des années , les astronautes ont leur alter ego au sol qui s’allongent pendant 2 mois consécutifs pour mimer les effets de l'apesanteur. La tête en bas, 6 degrés plus bas que les pieds 24/24, ils ont le sang qui monte à la tête justement...Cela, modifie le fonctionnement du cœur et la résistance vasculaire exactement comme dans l’espace. Ces volontaires sous la main, il est plus facile de mesurer précisément les réactions de l’organisme.

10 hommes âgés de 20 et 45 ans ont commencé il y a quelques semaines un nouveau round d’expérience à Toulouse au sein de l’Institut de médecine et physiologie spatiale. Cette fois-ci, la moitié prendra des compléments alimentaires.... un cocktail d’anti-oxydants et d’anti inflammatoire dans lequel on trouve des oméga 3 , de la vitamine E ou du resvératrol, molécule du raisin.

Un repas à base de petites pilules comme on l’imaginait dans les années 60 pour nos futurs astronautes qui partiront vers Mars? C est tout l'enjeu de ces recherches.. Et qui sait si les connaissances acquises n’auront pas un impact sur terre. En cas de perte osseuse ou musculaire provoqués par des alitements prolongés ou chez les personnes âgés en perte d’autonomie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.