Aller de ville en ville avec une fusée, info ou intox ? Futur proche ou très lointain?

Utiliser une fusée pour rallier Paris à New-York, Hong-Kong à Singapour, Los Angeles à Sydney....à chaque fois en moins de 30 minutes. C'est l'idée lancée il y a quelques jours par Elon Musk, l'homme des voitures Tesla, du train Hyperloop ou des fusées Falcon. L'homme qui promet d'aller sur Mars dans 5 ans, d'abord à vide puis avec des passagers en 2024. Son raisonnement est simple: "si vous construisez une fusée qui est capable d'aller sur Mars, pourquoi ne pas prendre ce même vaisseau et aller d'un endroit à l'autre sur Terre ? Et bien on est en train d'étudier ça... et les résultats sont plutôt intéressants".

Et c'est donc avec sa future fusée Falcon que le patron de Space X espère atteindre son objectif. Elle a pour nom de code BFR pour Big Falcon Rocket ou bien big fucking rocket, la putain de grosse fusée !

Info ou intox ?

Ce projet fou est-il signe d'enthousiasme ou une pure élucubration de millionnaire? La fascination qu'inspire Elon Musk vient de son engagement, son audace et en même temps son humilité. C'est le seul patron d'une entreprise spatiale qui poste sur les réseaux sociaux un film de tous les échecs au décollage ou à l’atterrissage de ses fusées! Mais il ne renonce pas. Cet homme d'affaire n'a aucun problème pour dire que les fusées jetables, c'est une ineptie. Il mise tout sur le réutilisable. Au début, dans le milieu, on s'est moqué de lui et à présent, c'est le grand méchant loup!

Sa Big fucking rocket est totalement démesurée. 106 m de haut, 9 mètres de diamètres, 31 moteurs pour l'arracher à la pesanteur terrestre, elle pourra emporter 150 tonnes (10 fois la capacité d'emport d'Ariane 5) dans une cabine plus grande qu'un A 380. La fabrication commencera dans 8 ou 9 mois a t-il promis la semaine passée à Adélaïde. Elon Musk y a fait sa présentation devant 4000 spécialistes réunis au congrès mondial d'astronautique.

Techniquement possible?

Certains doutent déjà de la faisabilité du projet. Lors du congrès, tout le monde n'a pas semblé partager l'enthousiasme du jeune quadra. Il faut dire que supporter l'accélération au décollage et les G à la rentrée dans l'atmosphère nécessite un entrainement: celui des astronautes... Ce n'est pas à la portée de M.tout le monde.

Ensuite, on n’atteint pas la vitesse annoncée de 27 000 KM/h au delà de l'atmosphère dans un claquement de doigts. Vincent Pinte Deregnaucourt , professeur de mathématiques et d'informatique a récemment fait les calculs. Et ça ne colle pas du tout!

La distance entre Paris et New-York est approximativement de 6000 km. Pour les couvrir en 30', il faut une vitesse moyenne de 12 000 km à l'heure. Avant d'obtenir cette moyenne, il faut une vitesse double si l'accélération est linéaire... Le film présenté par Space X semble trop simple pour être vrai!

Sans parler du modèle économique. Même si Elon Musk prétend que le réutilisable fait considérablement baisser les coûts car il n'y a plus que le carburant à acheter, on sait que fabriquer des fusées habitées est incroyablement coûteux. Qui voudra tenter l'expérience? Qui a besoin de se déplacer si vite? L' échec commercial de l'avion supersonique Concorde laisse planer le doute. Reste que la personnalité et les projets d'Elon Musk ne lassent pas d'étonner !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.