A l'heure où on parle d'obligation environnementale, un inventeur grenoblois a mis au point une station de tri et de compactage des déchets qui diminue de 90% leur volume.

Charles Amico en avait marre des sacs poubelles
Charles Amico en avait marre des sacs poubelles © Getty / Hybrid Images

Charles Amico était agenceur en magasin et concepteur d'espace. Autrement dit ni ingénieur, ni chargé de gérer les déchets d'une commune ou d'une entreprise. Non, le point de départ c'est qu'il en avait marre de sortir les poubelles. 

"Tu n'as qu'à inventer une solution" lui a suggéré sa femme.  

Il l'a prise au mot et le voilà inventeur astucieux avec, au bout de 2 ans un prototype breveté,  en cours d'industrialisation. Imaginez un plan de travail avec 2, 3 ou 4 ouvertures. l'un pour le papier, l'autre pour les canettes, le 3eme pour vos épluchures et restes de nourriture et le dernier pour le plastique par exemple. vous trier, en dessous, ça déchiquette, ça broie, ça compacte, ça déshydrate. 

Charles Amico a tout fait en solitaire. "Le plus difficile ça été de trouver comment tout faire en même temps dans une même machine". Une machine robuste également puisque même en cas d'erreur de tri, le système qui compacte n'est pas endommagé. Alors même que les compartiments sont conçus pour l'aluminium, le verre, le papier, les déchets organiques ou liquides. 

Au service de la planète

Brevetée, la Greedy Station pourrait être copiée. D'où la discrétion de son inventeur sur les mécanismes employés pour ce compactage important de la matière. 

Selon Tiziana Arnone, responsable commerciale de l'entreprise, "la réduction de volume répond aux contraintes environnementales actuelles". Compactés, les déchets nécessitent un ramassage moins fréquent. Elle divise la collecte par 10  et cela réduit le coût de transport pour l'entreprise mais réduit aussi les émissions de CO2 . "Comme les déchets organiques sont déshydratés, on évite la prolifération de vers, d'insectes ou de rongeurs" explique t-elle.  

Adapté à tous types de marchés

Aujourd'hui, cette machine est fabriquée sur mesure et a trouvé ses premiers clients en restauration. A terme, selon son inventeur, elle pourrait équiper des supermarchés, des bateaux, des avions, des foires.... Sa simplicité amène à se demander pourquoi personne n'a imaginé un tel dispositif plus tôt. Quant au prix, il varie entre 4500 euros et 25 000 euros suivant la taille.  Greedy station est aussi proposé en location. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.